VSI à Cali : au rythme des klaxons

Témoignage de Fanny, en VSI en Colombie pour le développement de la mobilité urbaine durable

Un article de Lucille Caron, Chargée de mission VSI


A l’heure où nous évitons les foules et où nos temps de déplacement doivent être limités, les questions de l’optimisation des transports en commun sont au cœur des enjeux sanitaires des villes.

Dans de nombreux pays, les défis de mobilité urbaine sont également facteurs de développement économique, social et environnemental. En Amérique du Sud, en Afrique, en Asie et en Europe, l’association Codatu agit pour le développement de la mobilité durable.

Pour Codatu, le dialogue entre les différents acteurs du secteur doit permettre de trouver des solutions communes, qui puissent s’adapter aux situations particulières de chaque ville.

C’est dans ce cadre que s’est intégrée la mission de volontariat de Fanny en Colombie auprès de Codatu. L’occasion de partager son retour d’expérience, et de se projeter vers l’avenir !

Peux-tu nous présenter ta mission avec Codatu?

Codatu est une association française spécialisée sur la mobilité durable. Elle réalise des projets de coopération technique, des conférences internationales, et participe à la production de connaissance dans le domaine des transports urbains, des mobilités douces, des nouveaux services de mobilité et des politiques publiques. 

Je me suis engagée pour un an de VSI, et ma mission consiste à animer une coopération technique entre la France et la Colombie, pour aider les autorités locales et régionales de la ville de Cali à se structurer et à monter une Autorité Régionale de Transport. 
Mon rôle est de faire le lien entre les différentes parties engagées dans la coopération (experts, bailleurs, bénéficiaires), d’organiser des ateliers pour renforcer les capacités des administrations locales dans le champ de l’organisation institutionnelle du transport, de réaliser le suivi d’études techniques, de recruter des experts pour des appuis ponctuels, etc. Je suis accompagnée dans cette tâche par un expert en France.

Durant un atelier participatif avec les partenaires locaux. ©F.Bertossi

Qu’est ce qui te plait le plus dans ce VSI ?

J’apprécie le caractère très concret et la variété de mes missions, les contacts quotidiens avec les acteurs locaux, le travail de recherche demandé, et le fait de créer des ponts entre la France et la Colombie. 

L’expérience de vivre et de travailler à Cali est également très enrichissante. Il s’agit d’une grande ville de 2,4 millions d’habitants, en terre chaude, entourée d’une très belle nature de montagnes et de champs de canne à sucre qui est baignée dans la culture du Pacifique colombien. 

Vivre à Cali, c’est déguster de la lulada (boisson au fruit régional lulo), du guarapo (jus de canne à sucre), des aborrajados (beignets de banane plantain au fromage), écouter de la salsa tous les jours en marchant dans la rue ou dans les transports, être coincés dans des embouteillages de 2h30 en plein cœur de la ville (un comble pour moi !), ou se promener sur le Bulevar del río (promenade piétonne le long du fleuve Cali dans le centre-ville). 

Au sommet « Pico de Loro » dans les montagnes « Farallones de Cali » à l’ouest de Cali. ©F.Bertossi

Mais travailler à Cali signifie aussi s’adapter à l’organisation locale, au degré de formalité des échanges, aux canaux de communication utilisés (whatsapp est le principal mode de communication professionnel, et il est courant de recevoir des messages professionnels le soir ou le week end !), et bien sûr, un autre rapport à la ponctualité… !

Tu sembles très attachée à ton pays d’expatriation et à tes missions. Toutefois, tu n’as pas reconduit ton VSI pour une année supplémentaire. Quels sont tes projets ?

Mon VSI avec Codatu ne peut pas être prolongé, car les financements pour le poste ne courraient que sur un an, mais je souhaiterais en effet rester en Colombie et dans le même secteur d’activité, qui me plaît et sur lequel j’ai acquis une vraie expertise durant cette année. J’aimerais donc trouver un contrat local pour continuer à travailler sur les projets de transport en cours à Cali ou à la capitale Bogotá, où je vivais depuis 2 ans avant de débuter mon VSI. La Colombie est un très beau pays, il est facile de s’y intégrer et de s’y sentir bien, et il y a énormément de défis et de projets en cours dans le champ du développement urbain et de la mobilité durable.

Voie de bus dans la ville de Cali. ©Codatu

Aurais-tu des conseils pour celles et ceux qui souhaitent s’engager ?

Malgré les difficultés liées au fait de vivre dans un pays distant de la France, de se sentir parfois seule sur place pour mener à bien ses missions, l’expérience du VSI a été très positive pour moi !

Je trouve que le volontariat permet d’établir un très bon équilibre entre la France et son pays d’expatriation, d’avoir des missions concrètes, intéressantes et à fort impact, et d’être autonome dans son travail. 


CODATU recrute ! Découvrez les missions ici


Envie de continuer la lecture ?

Changez de thème, pas de continent ! Découvrez le témoignage d’Eloïse et son VSI avec Coeur de Forêt en Bolivie