Un humanitaire sur deux ne repartira pas sur une deuxième mission: l’importance de l’accompagnement au retour

"La force des profils de VSI se retrouve dans leur engagement, leur polyvalence, et dans leur capacité à gérer les imprévus et les changements de poste." Sophie Eschalier du cabinet Humanitalents, prestataire de La Guilde pour l'accompagnement des volontaires.

Estelle Robert et Sophie Eschalier - Humanitalents

Un article de Lucille Caron, Chargée de mission VSI


Humanitalents est partenaire de La Guilde depuis juillet 2020, et intervient auprès des VSI lors de la session d’accompagnement au retour, à la fin de leur mission de volontariat. Ces sessions de 2 jours ont pour objectif de permettre une relecture et une valorisation de l’expérience de volontariat, notamment dans la perspective d’une recherche d’emploi.

Sophie Eschalier nous présente son travail avec les volontaires, les principaux problèmes qu’ils rencontrent à leur retour de mission, et certaines des solutions qu’elle peut leur apporter.

Le cabinet Humanitalents a accompagné une centaine de VSI en 2020, au cours de 10 des sessions d’accompagnement au retour organisées par La Guilde.


Pour commencer, pouvez-vous nous présenter Humanitalents ?

Humanitalents est un cabinet RH spécialiste de l’humanitaire qui accompagne, conseille et développe les capacités des acteurs de la solidarité internationale dans les domaines de la gestion des ressources humaines et dans le management d’équipe.

Nous proposons trois types de services : recrutement, conseil pour les ONG et formation des acteurs humanitaires. Nous travaillons sur les bases de la bienveillance, l’approche participative, l’innovation et l’éthique.

Notre intervention auprès de La Guilde est unique en son genre.

Estelle Robert et Sophie Eschalier – Humanitalents

En quoi consiste cette intervention avec La Guilde ?

Le retour en France post-mission nécessite toujours un temps de réadaptation personnelle et professionnelle, et ce quel que soit le profil avant départ. La Guilde organise ainsi des « Sessions d’accompagnement au retour » pour tous les VSI en fin de mission.

Nous intervenons auprès des VSI lors de la deuxième journée de cette « session retour », sur la thématique de l’accompagnement à l’insertion professionnelle.

Durant cette journée, nous initions les VSI à une méthodologie d’élaboration de leur projet professionnel et leur donnons des outils pour optimiser leur candidature lors d’une procédure de recrutement.

Cela passe par la valorisation de leur expérience et par l’apport d’outils pour aborder avec succès les différentes étapes d’une procédure de recrutement, déterminer les activités qu’ils souhaitent exercer dans le futur et identifier leurs valeurs.

Selon vous, quel est l’intérêt qu’un cabinet RH spécialiste comme Humanitalents accompagne les volontaires ?

L’accompagnement des acteurs de la solidarité internationale (en poste ou en formation) est fondamental pour Humanitalents. Un chiffre est parlant selon nous : un humanitaire sur deux ne repartira pas sur une deuxième mission.

Au regard de ce constat, il est important pour Humanitalents d’accompagner les VSI de La Guilde afin de leur permettre de continuer dans le secteur, en leur donnant des perspectives et leur redonnant confiance en eux et en leurs capacités.

En tant que VSI, ils ont des compétences très recherchées, mais ne savent souvent pas les formuler et les mettre en avant de façon à attirer les recruteurs.

Session organisée par La Guilde en avril 2019

Comment vous adaptez-vous à la diversité des profils de VSI (junior, expérimenté, en recherche d’emploi, en réorientation professionnelle) ?

Lors de la formation, les groupes sont composés par La Guilde en fonction des objectifs que peuvent avoir les VSI à leur retour de mission, et chaque groupe contient un nombre limité de personnes. Cela favorise la prise de parole de chacun, l’écoute et le partage d’expérience.

Partant de cette organisation, nous adaptons ensuite les modules en fonction des besoins des groupes : préparation aux entretiens pour les personnes plus juniors ou en recherche ; exercice sur les valeurs pour ceux qui souhaitent travailler sur l’identification de leur projet professionnel ; et enfin, focus sur les points importants pour une bonne prise de poste pour ceux qui ont déjà retrouvé un emploi.

A ces modules adaptés s’ajoute un socle commun qu’est le bilan de compétences.

Session organisée par La Guilde en juillet 2020

Par ailleurs, la diversité des profils des VSI et de leur niveau d’expérience est également pour nous une grande richesse: nous créons des synergies entre les plus expérimentés et les plus juniors pour permettre le partage d’expérience. Ce sont souvent les profils les plus expérimentés qui vont donner le rythme du groupe, en découvrant de nouveaux outils, en partageant leurs retours et en posant beaucoup de questions.

Qu’est-ce qui fait selon vous la force des profils de VSI et de leur expérience de volontariat ?

La force des profils de VSI se retrouve dans leur engagement, leur polyvalence, et dans leur capacité à gérer les imprévus et les changements de poste. Ils se sont engagés sur une mission de plus d’un an, et ont donc eu l’occasion de voir évoluer leurs projets et aussi de questionner leurs modes de fonctionnement, ce qui est plus difficile pour des postes à courte durée.

VSI en mission en Inde avec La Guilde et LP4Y

Ils ont pu faire des erreurs et ont eu le temps de les corriger, d’adapter leurs comportements. Surtout, ils savent à travers cette expérience s’ils ont vraiment envie de travailler dans le secteur de la solidarité internationale ou non, et seront facilement adaptables.

Cependant, nous avons pu remarquer que nombre d’entre eux avaient des difficultés à mettre en valeur ce qu’ils savent faire, et parfois cela se traduit sur leur CV.

Durant la formation, nous parvenons souvent à les faire sortir de leur fiche de poste, et mettre en avant d’autres qualités : pour la plupart, ils ont fait beaucoup plus que ce qui est écrit sur celle-ci, ou ils oublient de donner des perspectives et des chiffres pour illustrer leur capacité/volume de travail.

Quels sont les retours des volontaires que vous avez le plus souvent en fin de session ?

Ce qui revient souvent, c’est la possibilité que nous leur donnons de capitaliser sur ce qu’ils ont fait.

On prend rarement le temps de se poser et réfléchir à ce qu’on sait faire et ce qu’on aime pour orienter de manière efficiente son projet professionnel et s’épanouir totalement dans son travail (le bon poste, la bonne équipe et la bonne structure).

La session retour et l’accompagnement proposés par La Guilde aident les volontaires en cela, à un moment où ils en ont besoin.


Envie de continuer la lecture ?

Sur le même sujet :