Adapter sa mission à la crise sanitaire: le VSI vécu depuis Madagascar et le Burkina


Un témoignage de Chloé et Matthieu
VSI pour Jardins du Monde à Madagascar et au Burkina Faso


Chloé et Matthieu sont tous deux VSI avec l'organisation Jardins du Monde dans deux pays différents. Leurs activités ont évolué pour lutter contre le coronavirus à Madagascar et au Burkina

Jardins du Monde (JdM) œuvre dans le domaine de la santé et de l’agroécologie depuis 1997, en encourageant le recours aux plantes médicinales dont l’efficacité est scientifiquement prouvée.

L’essentiel des activités de l’association se concentre actuellement à Madagascar et au Burkina Faso. Un VSI de La Guilde est présent sur chacun de ces pays : Matthieu, au Burkina depuis 2017 et Chloé, récemment recrutée à Madagascar.

Avec les équipes locales, leur rôle est d’assurer et de coordonner le suivi de la production de plantes médicinales de qualité, mais également de former les populations rurales à leur utilisation et au suivi de leur santé.

Chloé et Matthieu nous offrent un portrait croisé de leurs activités, qui n’ont pas ralenti malgré le Covid-19.

Chloé – VSI à Madagascar

Mon début de mission en mars 2020 a coïncidé à quelques semaines près avec l’arrivée du Coronavirus sur la Grande Île. Les activités habituelles ont été très chamboulées avec le confinement et les restrictions : impossibilité de réaliser nos sensibilisations et dépistages, les formations étaient retardées, etc.

C’était sans compter sur la réactivité et la capacité d’adaptation de l’équipe de JdM Madagascar !

Dans le cadre d’une collaboration avec la Direction Régionale de la Santé Publique et le Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 de la Région Diana, nous avons décidé d’apporter un appui matériel aux dispensaires et aux hôpitaux.

Grâce à  des  financements  exceptionnels,  nous avons pu les doter de dispositifs lave main, de pulvérisateurs, de masques, de gel hydroalcoolique et de savon. La sensibilisation auprès des populations en brousse a également été renforcée par la diffusion d’un message audio animé par un DJ réputé et la distribution de dépliants.

 Sensibilisation COVID-19, Ankarongana, juillet 2020 ©JdM

 

De plus, certaines de nos activités ont été adaptées au contexte. Nous avons réalisé un film de sensibilisation qui pourra ensuite être diffusé auprès d’un large public. Nos formations ont repris avec un renforcement de la sensibilisation aux gestes barrières et la distribution de masques.

L’équipe de Jdm Madagascar, juillet 2020 ©JdM

Ce temps a également permis la réflexion autour de nouveaux supports didactiques de formation et de communication. Malgré les difficultés rencontrées lors de ce contexte particulier, j’en ressors aujourd’hui avec une expérience très enrichissante pleine d’entraide et de solidarité.

Matthieu – VSI au Burkina Faso

Au Burkina Faso non plus, la pandémie ne nous a pas refroidis et nous nous y sommes adaptés.

Comme nous ne pouvions pas organiser de rassemblements ni donner de représentations théâtrales de sensibilisation, nous avons concocté des vidéos taillées sur mesure pour les réseaux sociaux.

Une première série s’est attaquée de front à la pandémie, pour en expliquer les tenants et les aboutissants.

La réussite de cette première réalisation nous a donné l’idée de mettre en scène les formations de la responsable Santé de Jardins du Monde Burkina Faso sur les méthodes de préparation des plantes médicinales. Décoction, inhalation, cataplasme, et autres infusions… vous pouvez les retrouver sur notre page Facebook.

Photo de famille Laado’s Family et JdM BF suite au tournage de nos capsules vidéos ©JdM

 

Et en-dehors des écrans ?

Si la fermeture des écoles nous a empêché de mener à bien une partie des formations pour les élèves, nous avons pu poursuivre d’autres activités pour préparer au mieux la saison hivernale. Le lancement de notre jardin biologique en partenariat avec l’Université de Ouagadougou a pu se concrétiser. D’ici 2021, cinquante jeunes chercheurs seront formés à l’usage des plantes médicinales au sein de l’Université.

Formation à la production d’insecticide bio, village de Mogueya, juillet 2020 ©JdM

Le dernier trimestre de l’année sera également consacré au développement d’activités génératrices de revenus auprès de nos partenaires ruraux, et verra la poursuite de nos projets de lutte contre la malnutrition infantile, de soutiens à nos villages et quartiers partenaires, et de formation à l’agriculture biologique.


Envie de continuer la lecture ?

Découvrez la vidéo réalisée par La Guilde avec Christine, prédécesseure de Chloé comme VSI au poste de coordinatrice de Jardins du Monde Madagascar :

 


Lisez le témoignage de que Matthieu avait réalisé en mai 2019 et découvrez plus en détails ses activités à Koudougou:


Article issu des témoignages de Chloé GOURLIE, Matthieu LAURENTIN et de la newsletter de Jardin du monde de septembre 2020.