30 ans des Écrans de l’aventure : 2000-2008, du Palais des Congrès à l’Auditorium

En 2021, les Écrans de l'aventure célèbrent leurs 30 ans à Dijon. Pour l'occasion, le festival revient en trois épisodes sur une épopée démarrée en 1992. Hubert de Chevigny – pilote polaire et président de La Guilde pendant 15 ans – et Ariane Le Couteur – productrice multi-primée – ouvrent aujourd'hui la boîte à souvenirs.

Un article de Aventure


30 ans des Écrans de l’aventure :
expositions, tables rondes, cafés littéraires,
sélection officielle et rétrospective,
à partir du 11 octobre 2021 à Dijon
.


19 octobre 2000. Pour la première fois, le festival s’installe dans le Palais des Congrès, après huit années au Théâtre des Feuillants. Une expérience répétée en 2001, avant de déménager de l’autre côté de la rue, direction l’Auditorium pour sept éditions. Une période fondatrice pour le festival tel qu’il existe aujourd’hui. Hubert de Chevigny était alors président de La Guilde, qui organise les Écrans avec le soutien de la ville de Dijon. Il explique la démarche derrière les changements d’adresses : « quand je suis arrivé, les animations étaient éclatées sur différents lieux dans la ville. Mais le festival est avant tout une réunion de personnes qui, par définition, ont des actions éminemment solitaires sur le terrain ! Il y a donc eu cette volonté d’élaguer pour que tout le monde puisse se rassembler au même endroit. Parce qu’il est est là, le sel de Dijon : dans cette proximité entre public et aventuriers. »


À LIRE AUSSI : 30 ans des Écrans de l’aventure : 1992-1999, le temps des Feuillants


De Nicolas Hulot à Mike Horn

À la clef, des moments restés dans les mémoires. Comme cette fois où Mike Horn débarque en retard… et pieds nus : « je l’attends dehors à la fin de la projection de son film, retrace Hubert de Chevigny. Il arrive dans sa voiture, en descend pieds nus, et on monte en courant les escalators vers la salle. En face, les gens étaient déjà en train de descendre. En voyant Mike, il y a eu un vrai mouvement de foule pour remonter ! » Le public boira les paroles de celui qui vient de boucler un ahurissant tour du monde sur le fil de l’Equateur. Et le film tiré de son exploit, Mike Horn : Latitude 0° (réalisé par Didier Lafond), recevra le prix Jean-Marc Boivin 2001, récompensant l’authenticité d’une aventure vécue.

Hubert de Chevigny, arrivé au conseil d’administration de La Guilde après son expédition au pôle Nord de 1987 avec Nicolas Hulot, l’admet : il lui est parfois difficile de rester de longues heures dans une salle de cinéma, alors que tant d’esprits libres bruissent autour de lui. « C’est une rigueur dure, mais nécessaire. Car les Écrans sont un véritable festival de films d’aventure. Ce qui est intéressant, c’est cette grande attention portée à la qualité des films lors de la sélection. Ce qui permet d’avoir une belle diversité entre grosses productions et petits films faits avec trois fois rien. Tant que le film est bon, il peut être sélectionné. » Et Hubert de Chevigny de louer sa collaboration avec Patrick Edel, fondateur de La Guilde, et Cléo Poussier-Cottel, incontournable directrice adjointe du festival depuis 1997 : « il y a énormément de travail de concertation en amont, sur la programmation, les invitations. Chacun apporte ses compétences pour que la grande réunion annuelle se déroule avec le plus de fluidité possible. »

Des histoires de rencontres

Ce rendez-vous, la productrice Ariane Le Couteur l’a découvert en 2003 grâce à un grand nom de l’aventure : Patrice Franceschi. « Je suis rentrée dans le milieu de l’aventure avec la production de la collection La Boudeuse autour du monde – à la redécouverte des peuples de l’eau. Une production de quatre ans dans le monde entier, une aventure périlleuse mais géniale pour une petite boîte de production comme L’Envol. » Dès sa première année à Dijon, Ariane Le Couteur est conquise : « tu rencontres des gens qui font des choses super et ça te motive à aller de l’avant. Qu’on soit producteur, aventurier ou spectateurs, quand on y va, on est sûr de repartir avec la pêche ! »


À LIRE AUSSI : Alexandra David-Néel aux Écrans de l’aventure 2021


Et puis il y a les rencontres, toujours, maître-mot des Écrans de l’aventure. En 2004, la productrice est membre du jury ; 15 ans plus tard, elle n’a pas oublié les rigolades avec les réalisateurs Thierry Robert (prix Jean-Marc Boivin et prix des jeunes de la ville de Dijon 2000 pour La Grande Traversée, Toison d’or et prix des jeunes 2010 pour On a marché sous le pôle,) et Mike Magidson (Toison d’or 2003 pour La longue trace, Toison d’or et prix du public 2016 pour L’appel de la banquise). Surtout, c’est à Dijon qu’elle fait connaissance de France Pinczon du Sel et Eric Brossier, le couple de Vagabond. Elle en tire deux films primés à Dijon, et surtout des liens d’amitié durables : « on a discuté, on s’est revu, et on s’est dit qu’on pouvait travailler ensemble. Ça a donné d’abord Sous les étoiles du pôle, réalisé par Hugues de Rosière, un film très sensible qui a rencontré un joli succès (prix spécial du jury 2008, ndlr). Et puis Sur le grand océan blanc, écrit avec Véronique Ovaldé et réalisé par Hugues (prix Alain Bombard 2013, ndlr). »

Si la productrice a l’âme navigatrice et l’œil cinématographique, elle retient enfin une dernière évidence, venue du prix du livre décerné chaque année. C’était en 2008, lors de la dernière édition des Écrans à l’Auditorium : Caroline Riegel reçoit la Toison d’or du livre d’aventure pour Méandres d’Asie – Du Baïkal au Bengale II, « vingt-deux mois à pied, à cheval, à dos d’âne, de chameau, à vélo, du Baïkal à l’âpre désert du Gobi ; de la chaîne aride des Kunlun aux rigueurs hivernales du Zanskar isolé, des sources sacrées du Gange hindou jusqu’au delta inondé du Bengale » (éditions Phébus) : « c’est intéressant d’avoir des livres et des films, ça crée des rencontres transversales, relève Ariane Le Couteur. Là, Caroline m’avait particulièrement intéressée. Elle m’a recontactée quelques temps après, et puis on a fait les Semeuses de joie. » Un film acclamé… mais qui n’aura, à la surprise de sa productrice, pas reçu de prix à Dijon.

Authenticité et rêve éveillé

Preuve que rien n’est écrit et que les choix du jury procèdent d’une alchimie insaisissable : « quand on est dans le jury, on se met à la place du public, éclaire celle qui a été jurée en 2004, 2011 et 2020. On met en avant l’émotion ressentie, l’authenticité. Parfois, on a des films importants, calibrés pour le prime time, pas qui ne touche pas forcément. C’est délicat, car ce sont des bons films ! Mais un film créé avec plus de liberté, de spontanéité, qui fonctionne, tu ne peux pas l’ignorer. C’est vraiment ça : même si je suis du métier, même si j’ai un regard professionnel, quelle émotion je ressens en tant que spectatrice ? »

Des émotions, ce spectateur en a connu de belles. C’était en 1996, lorsque Sir Peter Blake était président du jury. Hubert de Chevigny rembobine : « à la fin du festival, tu as la grande photo sur scène avec tout le monde, le public descend, c’est le bordel final. Un petit gars vient, me donne un coup de coude : “vous pouvez me présenter à Peter Blake s’il vous plait ? Je fais de la voile, je l’admire beaucoup !” Je fais les présentations et puis les laisse à deux. L’année d’après, le même petit gars revient, recommence et me dit : “je voudrais vous remercier : Peter Blake m’a invité à naviguer sur son bateau !” Le petit, là, il a réalisé un rêve grâce à Dijon. »

Propos recueillis par Eric Carpentier


En 2021 les Écrans de l’aventure font revivre les films ayant marqué son histoire avec une programmation rétrospective unique au Théâtre des Feuillants, en complément de la sélection officielle diffusée au cinéma Olympia. Rendez-vous du 14 au 17 octobre 2021 à Dijon !

L’édito de la lettre de l’été

Hors-série spécial Aventure

Un article de Tristan Savin


Lire la lettre dans son intégralité : Hors-série spécial été : l’appel de l’Aventure

Pour recevoir la lettre mensuelle : formulaire d’inscription


Les articles proposés dans cette lettre spéciale Aventure ont un point commun – mieux : un axe cohérent, peut-être inconscient, en tous cas d’actualité. Qu’il s’agisse d’une équipée équestre dans les Monts Célestes, de navigation polaire, de ballon lancé dans les nuages ou de l’art des bois, il est toujours question de s’immerger dans un espace sauvage.

Parmi ces textes, une phrase a retenu toute mon attention : “Qui veut voyager loin s’adapte à la nature“, une déclinaison très actuelle du proverbe tiré d’une pièce de Racine. L’idée reste la même. C’est à l’homme de s’adapter à son environnement, trop souvent malmené, et non l’inverse. Ce n’est même pas une question de respect élémentaire, mais de bon sens. Voire même, par les temps qui courent, de survie – pour toutes les espèces, y compris la nôtre.

La catastrophe économique (donc sociale) entraînée par le confinement du monde au temps du Covid-19 ne doit pas nous faire oublier un autre désastre en cours, également planétaire : la disparition progressive des écosystèmes, des forêts, des massifs coralliens, des glaciers. Sans parler des ouragans de plus en plus violents, des inondations, des incendies en Californie ou en Australie, de la désertification en Afrique…

Il y a heureusement des projets fous, capables de nous redonner de l’espoir. Comme celui de Vincent Farret d’Astiès : battre le record du monde de vol en ballon, mais sans polluer le ciel, grâce à l’énergie solaire et à l’étude des vents. Donc au génie humain, quand il prend en compte ces énergies trop longtemps négligées. Car, selon lui, “ce qui va nous permettre d’aller plus loin, c’est une meilleure connaissance de l’élément naturel.

Dans un autre texte instructif à (re)découvrir, Romain raconte avoir ressenti, dès l’enfance, “l’appel de la forêt“, comme naguère Jack London ou H.D. Thoreau, ou plus près de nous Sylvain Tesson. Pour atteindre le Cap Nord à pied, Romain bivouaquait sans réchaud, se nourrissant de pousses de sapins, de pissenlits, de farine d’écorce de bouleau… Preuve, s’il en est, que la nature à encore tant à nous offrir, à condition de la respecter.

Quant à Eric Brossier, qui présidera le jury des Ecrans de l’Aventure en octobre prochain, il mène une vie d’explorateur scientifique autour du cercle polaire, en famille, à bord du voilier Vagabond. Un travail minutieux, essentiel, qui permet à la communauté scientifique d’étudier au plus près les grands changements en cours dans nos océans.

On le sait grâce à des pionniers comme Paul-Emile Victor (président d’honneur de la Guilde de 1970 à 1995) ou ses amis Alain Bombard et Jacques-Yves Cousteau : l’écologie ne date pas d’aujourd’hui. Ce n’est pas une mode. Mais une nécessité, car nous sommes tous concernés. Explorateurs, aventuriers et grands voyageurs ont de tout temps été fascinés par les inexprimables beautés du monde sauvage. Ils ont ensuite compris l’impérieux besoin de témoigner, pour préserver et protéger ce bien commun à l’ensemble de l’humanité, sans lequel il n’y aurait plus de vie possible. Ni bien sûr d’esprit d’aventure, indissociable d’un amour fervent de la nature.

Tristan SAVIN
Grand reporter et écrivain voyageur, directeur de la revue Long Cours,
président du jury de la Toison d’or du livre d’aventure 2019.
À paraître le 9 septembre : Au milieu de nulle part… et d’ailleurs
(Arthaud Poche)


Les lettres de l’année :
Juillet-août 2020 : Hors-série spécial été : l’appel de l’Aventure
Juin 2020 : Conjuguer le temps présent
Mai 2020 – Deuil et résilience
Avril 2020 – L’action, mère de la solidarité
Mars 2020 – Panser un monde confiné
Février 2020 – S’engager malgré tout
Janvier 2020 – 2020, année du lien

Vagabond, la forme de l’eau

Depuis 20 ans, Eric Brossier et France Pinczon du Sel mènent le voilier polaire Vagabond à travers les « coins froids et éloignés » de la planète, dans une succession de navigations historiques, d'hivernages répétés et de missions scientifiques. Président des Ecrans de l'Aventure 2020, du 15 au 18 octobre à Dijon, Eric raconte une année particulière, entre vie de famille et pandémie mondiale. Avec, toujours, une passion intacte.

Un article de Eric Carpentier


Cet article est issu de la série spéciale Aventure, publiée tout l’été. Pour retrouver l’ensemble des articles de la série, abonnez-vous à la lettre mensuelle de La Guilde :


Eric est souvent sur le pont. Sur le pont pour faire avancer la science de terrain. Sur le pont du Vagabond, évidemment, son voilier polaire depuis 20 ans. Et sur le pont, comme beaucoup d’autres, pour s’occuper de leur petite famille avec France, son épouse. D’ailleurs, ce matin-là, France prend son petit-déjeuner en compagnie de Léonie, leur aînée. La cadette, Aurore, fait mentir son prénom et dort encore. Les deux filles ont respectivement 13 et 11 printemps. À moins qu’elles ne comptent en hivers, cette saison durant laquelle Léonie et Aurore alternent entre hivernages polaires (Eric Brossier et France Pinczon du Sel en chiffrent 12 à bord du Vagabond, depuis 1999) et retours dans leur pied-à-terre breton. Aujourd’hui, Eric a lui été réveillé un peu plus tôt par des « idées qui pétillaient ». En cause, les effets du Covid-19.

Eric Brossier, cavalier des glaces

La science des zones blanches

Même au mouillage dans la baie de Grise Fjord, le village inuit le plus au nord d’Amérique, dans le territoire canadien du Nunavut, la pandémie affecte les activités de l’équipage du Vagabond. Eric Brossier l’admet : il vit « une année très particulière ». Ce qui n’entraîne jamais qu’une réponse de plus à apporter, soit l’essence même de son travail. « J’aime l’approche scientifique pour comprendre notre planète, notre environnement, notre nature. Mais je voulais ne faire que du terrain, sans me retrouver coincé dans un labo ». De cette réflexion initiale est née l’idée du Vagabond comme base logistique et scientifique. Un double besoin personnel et collectif « dans ces coins froids et éloignés », là où les connaissances sont les plus maigres, là où « on se sent tout petit et en même temps privilégié d’y être ». Alors, chaque année, il accueille des missions pour hiverner sur la banquise ou pour se faufiler entre les « glaçons ». Sauf en 2020, donc : faute d’autorisations, le Vagabond n’a reçu personne cet été. Ce qui n’est pas pour autant synonyme de chômage technique pour son équipage.


A LIRE AUSSI : « Il y a une image romantique du voyage à cheval »


« Depuis toutes ces années, nos partenaires nous font confiance », reprend Eric. « On a reçu des caisses de matériel, des protocoles à suivre, et on bosse en famille ». Le programme estival est riche : plongées pour récolter des échantillons de coraline, « une algue qui forme une croute et raconte le climat passé de l’océan sur des dizaines d’années, une sorte d’archive climatique » ; prélèvements d’eaux à différentes profondeurs pour étudier les effets de la fonte des glaces, chargées de nutriments, sur la chaine marine ; relevés hydrographiques permettant de comprendre les interactions entre eaux arctiques et atlantiques ; cartographie marine à l’aide de sonars… Autant de relais précieux pour scientifiques et cartographes dans les zones blanches qui constituent le terrain de jeu de Vagabond, et le pain quotidien de son équipage. « Si les filles ne participaient pas, on aurait eu du mal à accepter la mission » salue leur père. « Mais on doit aussi tenir deux mois, ce sont des enfants, donc il faut du ludique, des vacances de temps en temps ».

Sous le Vagabond, un sonar multi-faisceaux

Une famille presque normale

A quoi ressemble un week-end de temps libre sur le Vagabond ? Il se prend à un rythme aléatoire, pour commencer : « c’est vraiment guidé par la météo : s’il fait mauvais, on ne peut pas travailler. On en profite pour faire du rattrapage, lire, écrire, écouter de la musique, regarder des films, faire la cuisine… Vraiment comme à la maison, quoi ». Et quand les corps et les esprits commandent une pause et que le ciel le permet, les Brossier accostent parfois pour aller marcher, cueillir des myrtilles, observer les animaux ou camper. Un vrai programme de monsieur et madame tout-le-monde – ou presque : « on dort quand même moins bien quand on n’a pas de chiens, parce qu’il y a des ours. Il faut dormir avec le fusil contre soi, ce n’est pas vraiment relaxant ! (rires) »


A LIRE AUSSI : Marche, bushcraft et canoë : une histoire brute et sauvage


Toute la dualité de la famille Brossier résumée dans un bivouac. D’un côté, un choix de vie extrême, inédit par sa persistance dans le temps ; de l’autre, une réflexion classique sur les orientations familiales et l’avenir des enfants comme des parents. À la question de savoir s’il connait d’autres exemples similaires au sien, le père accompagne sa réponse négative d’une comparaison à la fois surprenante et cohérente : « on a bien conscience qu’on a quelque chose d’atypique. Après, c’est un peu comme une vie d’agriculteur : tu vis et tu travailles en famille, dans ton coin, avec quelque chose de solitaire. Nous, c’est juste que notre maison est itinérante et nos régions moins connues » – et que le plancton des eaux arctiques a remplacé les fleurs des champs. Jusqu’à quand ?

Cette année, les Brossier ont décidé de ne pas prendre de programme hivernal pour permettre à leurs filles de passer une année scolaire complète en France. Une première pour Aurore et Léonie, respectivement en 6e et en 3e. Si, le père l’assure, rien n’est définitif et tout évolue en fonction des opportunités, reste que la tribu « a vraiment envie de prendre en compte le paramètre scolaire en priorité. » Avec l’expérience gagnée à bord de Vagabond et celles cumulées de l’Antarctique à l’Equateur, Eric ne s’interdit pas d’aller explorer d’autres domaines, d’autres approches. Du moins, « c’est la réflexion du moment, sachant que les années passent ! (rires) » L’autre sujet du moment est celui du lieu de la mission estivale 2021, déjà prévue : « avec les nouvelles règles d’accès, la base qui devait accueillir le bateau pour l’hiver ne peut plus le faire. Du coup on doit réfléchir au meilleur endroit pour le laisser, notamment en fonction de la prochaine mission. » Il faut faire vite : mi-septembre, Vagabond doit être à son site d’hivernage et les filles, rentrées à l’école.

France, Eric, Aurore et Léonie

Du terrain aux Ecrans, et inversement

Et puisque 2020 se devait d’être définitivement une année particulière pour les Vagabonds, leur capitaine sera pour la première fois président du jury aux Ecrans de l’Aventure, du 15 au 18 octobre à Dijon. Un rendez-vous loin d’être anecdotique pour Eric Brossier, qui a participé au festival sous toutes les casquettes, de bénévole à engagé en compétition en passant par membre du jury. « La présidence me touche beaucoup » dit-il. « Je connais La Guilde depuis que j’ai 18 ans, quand j’habitais en région parisienne. Je montais des projets pour les vacances et les archives de La Guilde, ses équipes et ses Bourses m’ont donné de jolis coups de pouce. » Surtout, après ces jeunes années, les Ecrans de l’Aventure ont posé plusieurs jalons dans la vie d’Eric : « à chaque fois, des rencontres ont abouti à quelque chose : un film, un livre, un projet… C’est vraiment un moment très important dans ma vie et celle de Vagabond ». Mieux, une édition des Ecrans fut même fondatrice.


A LIRE AUSSI : Zeph Endless Flight, l’élan vers la beauté


C’était en 1999. « Il y avait un direct avec un voilier russe qui sortait du passage du Nord-Est. Hubert de Chevigny, qui connaissait bien Vagabond parce qu’il avait navigué dessus, était là, ainsi que l’explorateur polaire Gérard Janichon et Jacques Lainé, le réalisateur ». Cette année-là, suite à un hivernage aux îles Kerguelen, Eric Brossier est sur le point de concrétiser son idée de base logistique et scientifique itinérante. Il vient tout juste de visiter Vagabond : « tout le monde m’a dit “vas-y, fonce, c’est un super bateau !” Et je l’ai acheté ». Quelques mois plus tard, France Pinczon du Sel embarquera comme équipière pour une mission polaire à bord du Vagabond. Une histoire est née.

Pour suivre les pérégrinations de la famille Brossier et de leur voilier polaire, direction le site vagabond.fr.