L’édito de la lettre de février

Pousser à l'action

Un article de Vincent Rattez


Lire la lettre dans son intégralité : Pousser à l’action

Pour recevoir la lettre mensuelle : formulaire d’inscription

En janvier 2021, La Guilde a pu faire démarrer trente-cinq missions de Volontariat de solidarité internationale, contre une vingtaine seulement en 2020, deux mois avant la tempête du Covid. C’est un signal de rattrapage et de vitalité.

Pourtant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Dans de nombreux pays, les ambassades de France ou le ministère des Affaires étrangères lui-même maintiennent un véto pour le redémarrage du volontariat. Comme si les règles propres de chaque pays et le jugement de nos organisations n’y suffisaient pas. Cette situation est regrettable à trois titres :

  • aux jeunes d’abord, qui forment l’innombrable cohorte des victimes innocentes d’un virus qui ne les concerne pas. Posons des actes pour les aider, ouvrons-leur les frontières ;
  • à la coopération internationale ensuite : à l’heure où le Liban – à titre d’exemple – panse ses plaies multiples, et alors que la France entend lui démultiplier son aide, il est impossible de faire fonctionner ou redémarrer des programmes à fort impact local, faute de volontaires pour les animer ;
  • à l’indépendance des organisations de la société civile enfin : une sorte de mise sous tutelle, compréhensible en mars 2020 lorsque nous étions en plein inconnu face à la pandémie, mais humiliante et injustifiée un an plus tard.

Au sein de l’Agence du service civique, dont la présidente Béatrice Angrand a reçu récemment notre président Bernard de La Villardière, la volonté de développer les missions avec La Guilde est bien là. L’enthousiasme réciproque de La Guilde a été rappelé, y compris pour s’attaquer aux fractures sociales en France. Pour autant, la crise sanitaire internationale mais aussi une prudence administrative excessive bloquent ces énergies à l’international. Il serait aussi urgent d’anticiper la mise en place des passeports sanitaires, inévitables dans quelques mois pour les échanges internationaux.

Cette pénible histoire sans fin doit compter avec deux passagers éprouvants : l’écueil bureaucratique et le découragement face à tant de vents contraires. Gardons pour cap que la jeunesse aspire plus que jamais à l’engagement et à l’action.

Soyons tous mobilisés pour libérer les énergies !

Vincent RATTEZ
Délégué général de La Guilde

L’édito de la lettre de janvier

Fixer la lanterne

Un article de Vincent Rattez


Lire la lettre dans son intégralité : Fixer la lanterne

Pour recevoir la lettre mensuelle : formulaire d’inscription

La Guilde, en 2021, demeure et se réinvente, avec la sagesse de ses cinquante ans et la curiosité des guetteurs d’horizon. Notre ambition est tout entière contenue dans le trait de René Char choisi pour accompagner nos vœux : « L’impossible, nous ne l’atteignons pas mais il nous sert de lanterne ».

La Guilde se réinvente par ses forces rassemblées, dressées contre l’habitude, celles des ouvreurs de route – ces Compagnons de La Guilde éparpillés autour du globe, ces jeunes Volontaires de solidarité internationale ou du Service civique qui s’engagent sous toutes les latitudes pour incarner le donner et le recevoir, ces centaines de porteurs de projets animés parfois de leur seule volonté de hisser l’avenir au-dessus du présent, ces arpenteurs d’océans, de forêts, de sommets, de déserts, jamais assoiffés. Les voici, nos lanternes ! Elles éclairent d’immenses paysages, territoires de la conquête du sens, ce saut qui transforme l’expérience en conscience. Ces lanternes s’éclairent aussi les unes les autres, et forment un ciel étoilé.

Les traversées 2021 de La Guilde, comme toutes celles du demi-siècle passé, ne peuvent s’envisager que dans la puissance du collectif. Nous aurons à cœur de partager les valeurs qui fondent la solidarité, à l’international comme en France, et déclenchent l’aventure humaine. Déjà un an, un an d’effroi pandémique, de frontières redessinées, de peuples repliés, d’échanges sociaux profondément modifiés : beaucoup de choses à réinventer. De notre côté, nous rechercherons la preuve par l’action, et pourquoi pas l’échec quelquefois, par la force du témoignage, l’enseignement des rapports d’activité décrivant succès et difficultés, les récits écrits et filmés qui seront proposés à notre festival, à l’automne d’une année 2021 qui marque ses trente ans.

Tout cela avec vous, membres de l’association, amis et donateurs, avec tous ceux qui tressent un peu de leur avenir à travers mille initiatives, avec de nouveaux partenaires appelés à nous rejoindre.

A bientôt. Avec vous.

Vincent RATTEZ
Délégué général de La Guilde

Focus sur l’insertion professionnelle des volontaires en Service Civique

L'équipe du Service Civique assure un suivi des volontaires à l'issue de leur mission. En 2019, plus de 80 % d'entre eux étaient en activité après 3 mois.

Manon prépare le concours de commissaire de police

Un article de Belinda HUAU


Dans le cadre de l’accompagnement des volontaires partis avec La Guilde, l’équipe du Service Civique assure un suivi des volontaires jusqu’à 3 mois après leur fin de mission.

Cela fait suite à l’accompagnement avant et pendant la mission. Un mois avant la fin de mission, l’équipe du Service Civique contacte chaque volontaire pour lui proposer un soutien dans son projet d’avenir. La Guilde souhaite donner à tout volontaire qui en ressent le besoin l’orientation et les conseils à sa disposition, pour l’aiguiller dans la suite de son projet.

Le contact à 3 mois après la mission a lui pour objectif de rassurer les volontaires si besoin, parler de leur activité actuelle, et apporter un soutien dans les cas de retours difficiles.

Eloïse travaille toujours pour l’association au sein de laquelle elle a effectué son Service Civique.

La vocation du Service Civique n’est pas l’accès à l’emploi, mais bien l’engagement dans une mission d’intérêt général. Néanmoins, il constitue souvent un vrai levier d’insertion professionnelle et de développement personnel : choix d’orientation, découverte du monde professionnel, acquisition de nouvelles compétences.

En 2013, déjà, une enquête de TNS-SOFRES pointait que 75 % des anciens volontaires étaient en activité après leur service civique, dont 29 % en emploi, 11 % en stage et 35 % en formation. Une réalité qui serait particulièrement vraie dans le secteur associatif, qui représente le plus gros pourvoyeur de missions.

Dylan est lauréat de l’Institut de l’Engagement pour son projet d’écolodges à Madagascar.

Pour suivre l’impact du Service Civique sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes engagés de La Guilde, l’équipe du Service Civique a mis en place en 2019 un suivi des projets réalisés ou en cours des volontaires 3 mois après leur fin de mission.

Tout comme l’enquête réalisée par TNS-SOFRES en 2013, les résultats sont particulièrement encourageants et montrent que le dispositif est extrêmement valorisé et valorisant dans le parcours des jeunes.

Voici les statistiques concernant 79 volontaires partis en mission avec La Guilde en 2019. Nous notons que 84% sont déjà dans un nouveau projet 3 mois après leur fin de mission, dont :

  • 42% sont en emploi ou en Volontariat de Solidarité Internationale.
  • 36% poursuivent ou reprennent leurs études (avec parfois une réorientation suite à la mission)
  • 6% sont accompagnés par l’Institut de l’Engagement, un organisme dédié à l’accompagnement des anciens volontaires dans leurs projets.
graphique insertion professionnelle service civique