5 histoires pour avancer

La lettre de l'été - juillet-août 2021

Un article de La Guilde


Quels sont les ressorts de l’action ? Voilà la question à laquelle tentent de répondre les histoires racontées ici. Des récits à hauteur d’hommes et de femmes – parfois à plus de 8000 mètres – qui ont en commun de mener des vies entières, faites de passions et d’engagements. Cela peut être issu d’un cheminement personnel ou bien d’une aventure collective ; cela peut être dirigé par un rêve intime ou exprimer une responsabilité sociale ; cela peut prendre toutes les formes, pourvu qu’il s’agisse d’accomplissement.

Du Kurdistan dans les pas du French doctor Tissot à Madagascar pour une vie placée sous le signe du volontariat, des extrémités gelées de la planète aux entrailles d’une ville déchirée par la guerre, le volontarisme humain s’exprime avec autant de force que de simplicité. Chacun de ces témoignages aspire, à sa façon, à indiquer la voie de l’action. Pour nous inspirer, et pouvoir à notre tour répandre ce souffle vital.


Le Docteur et les Écrans

Pendant 40 ans, le Docteur Frédéric Tissot s’est donné tout entier pour soigner les populations abîmées, au plus près du terrain. Aujourd’hui, il travaille à répandre l’ouverture à travers Les Écrans de la paix. L’occasion de s’interroger sur les rapports entre corps et esprit.

Soigner les lendemains.


À Mossoul, Fahad pour un nouveau récit

Le Book Forum de Mossoul est un exemple d’initiative culturelle visant à repenser dans sa profondeur une société ébranlée. Son co-fondateur, Fahad Sabah Mansoor Al-Gburi, raconte une aventure née dans les flammes.

Lire pour renaître.


Clémentine, grandir à Mada’

En 2015, Clémentine partait à Madagascar en tant que Volontaire de solidarité internationale au sein de l’association APDRA Pisciculture Paysanne. Elle avait signé pour 19 mois : sa mission aura finalement duré six ans. Histoire d’un coup de foudre.

Tout donner au présent.


« Aller explorer ses talents jusqu’au bout »

Explorateur polaire, pionnier de l’ULM, concepteur d’avions… Hubert de Chevingy a placé sa vie sous le sceau de l’action. Président pendant 15 ans et désormais Compagnon de La Guilde, l’homme se confie sur les ressorts de l’aventure, depuis la terre qui le fait vivre aujourd’hui.

Décoller en liberté.


Elisabeth Revol, sur un air de jouvence

Présidente du jury pour les 30 ans des Écrans de l’aventure, l’himalayiste Elisabeth Revol suit un parcours hors normes, fait de farouche indépendance, d’oxygène rare donc précieux, mais aussi de drames et de remises en question. Elle tente avec lucidité de comprendre les mobiles qui la poussent à l’action.

S’élever dans la passion.


Les Écrans de l’aventure sont en ligne

Alors qu’il s’apprête à fêter ses 30 éditions à Dijon (14-17 octobre), le festival des Écrans de l’aventure propose depuis le 1er juillet une sélection de films primés, accessibles gratuitement tout l’été. À la rentrée, cette offre sera enrichie d’une sélection exclusive pour les 30 ans des Écrans.

Explorer l’inspiration.


Actions ! La lettre de La Guilde

Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
S’il a atterri dans vos spams, dites à votre fournisseur de messagerie de nous passer en courrier légitime !
Nous gardons vos données privées.

À Mossoul, Fahad pour un nouveau récit

Le Book Forum de Mossoul est un exemple d'initiative culturelle visant à repenser dans sa profondeur une société ébranlée. Son co-fondateur, Fahad Sabah Mansoor Al-Gburi, raconte une histoire née dans les flammes.

Un article de La Guilde


Le 6 septembre 2017 restera un jour gravé dans le cœur de Fahad. Ses deux fils, des jumeaux, soufflent ce jour-là quatre bougies chacun. C’est leur premier anniversaire dans un Mossoul libéré du joug de l’autoproclamé État islamique deux mois plus tôt. Mais ce n’est pas tout. Ce 6 septembre, le cœur de l’ingénieur de 30 ans est pris dans un tourbillon : 3 000 personnes sont venues au premier festival littéraire organisé dans la ville irakienne. Des milliers de livres ont été distribués gratuitement. Et l’idée que la culture puisse contribuer à reconstruire la société mossouliote a été confortée. Elle ne restera pas sans suite. Alors, quatre ans plus tard, Fahad peut l’affirmer sans hésitation : ce 6 septembre 2017 a tout simplement changé sa vie.

Une graine entre les pages

Début 2014. Fraîchement diplômé en mécanique, Fahad Sabah Mansoor Al-Gburi a prévu de partir étudier aux Etats-Unis. Il a obtenu une bourse de l’Etat irakien, s’affaire aux milles préparatifs. Il adore ses études, travaille sur la publication d’un article dans un journal scientifique de renommée internationale. Et puis les soldats de Daech prennent sa ville. C’est le début de l’occupation. « Une période horrible. Nous ne pouvions pas fuir avec ma famille de peur des représailles. Il n’y avait pas d’emploi, pas d’éducation. Alors je lisais. Des publications scientifiques, mais aussi des livres d’histoire ou de société, comme Ali Al-Wardi, un grand écrivain irakien. Tout m’intéressait. Avec ma femme, on passait nos journées à lire et à en discuter. » Une période paradoxalement féconde, puisque Fahad publiera son article dans le Journal of Porous Media (Journal des Milieux Poreux, en VF). Surtout, se forger une idée : « si on veut reconstruire et ne pas revivre cette situation, nous devons absolument développer la conscience, l’esprit critique et l’ouverture aux autres, affirme-t-il. Nous devons déployer les capacités d’analyse de la société, de ses problèmes et des manières de les résoudre ».

La graine est plantée. Elle va germer dans les cendres d’un souvenir douloureux. « C’était un après-midi de décembre 2016, reprend Fahad. J’étais sur ma terrasse et je pleurais en voyant une colonne de fumée noire s’élever dans le ciel. » Car à l’origine du feu, il y a des livres : ceux de la bibliothèque de l’université de Mossoul, jadis riche de 700 000 volumes. En pleine bataille de Mossoul, Daech l’a incendiée. Un crève-cœur pour Fahad, qui a ciré les bancs de la bibliothèque pendant six ans. « Nous avons entendu dire qu’il restait 30 000 livres. Avec d’autres, nous avons aussitôt lancé une campagne pour les déplacer et les sauver, car les toits de l’université étaient détruits. Nous nous sommes mis au travail alors que la bataille n’était pas encore terminée dans l’ouest de la ville. Nous avons également lancé un appel aux dons pour récolter de nouveaux ouvrages. » Fahad ne le sait pas encore, mais une mécanique est lancée.

Des rencontres et des mots

Et c’est par des rencontres, comme souvent, que de nouvelles étapes sont franchies. La première a lieu lors de la campagne de réhabilitation des collections universitaires, avec l’éditeur bagdadi Sattar Muhsin. Un projet de festival littéraire émerge. « Une folie, relève Fahad. Nous étions à peine libérés, les gens souffraient des pertes, du manque de nourriture, de santé. On avait peur d’être pris pour des irréalistes. Mais pour nous, c’était évident : nous devions travailler sur le culturel pour faire évoluer les mentalités dans la société irakienne. » La folie devient réalité le 6 septembre 2017. Deux enfants ont quatre ans et 3 000 personnes viennent choisir des livres, distribués gratuitement parmi le surplus d’une campagne qui avait permis d’en récolter plus de 15 000 pour l’université, largement au-delà des espérances de ses initiateurs. Parmi les présents, un homme pour une nouvelle rencontre et un nouveau prolongement : Harith Yaseen Abdulqader.

« Harith travaillait pour une ONG, IHAO, qui avait donné des livres de médecine lors de la campagne. On a discuté et j’ai envoyé mon CV pour travailler avec eux – tu sais, à l’époque, les conditions économiques étaient difficiles. On a commencé à travailler ensemble avec Harith, parlant beaucoup de nos projets personnels. Lui voulait ouvrir un café. Je lui ai dis “OK, mais faisons quelque chose d’unique, avec une bibliothèque, un endroit où les gens pourraient lire, boire du café, discuter des livres, les présenter, les dédicacer…” » Les énergies se rassemblent et très rapidement, l’idée prend forme : 30 décembre 2017, le Book Forum ouvre dans l’une des plus larges artères du quartier animé de l’université de Mossoul.

« Comment te décrire cette journée… Il me faudrait beaucoup plus de mots que je n’en connais ! Tant de gens sont venus. J’ai senti que c’était pas important pour Mossoul, pas seulement pour Harith et moi. Cet endroit appartient à tout le monde. Beaucoup de jeunes écrivains évoquent le Book Forum comme leur maison. Ce jour-là, je me suis dit qu’un petit pas était fait pour tous ceux qui souhaitent voir Mossoul avec un regard différent. »

Le goût des autres

Rapidement, le Book Forum attire l’attention au-delà de Mossoul, au-delà même du pays. En France Hugues Dewavrin, alors vice-président de La Guilde, s’y rend dès 2018, accompagné de Cécile Massie et Amélie Banzet, chargées de mission. Ils proposent au Book Forum d’organiser des sessions de projections, en lien avec Les Écrans de la paix. Puis font venir Sylvain Tesson, président de La Guilde de 2011 à 2017. « Une session extraordinaire ! s’enthousiasme Fahad. Sylvain est venu parler de son voyage dans l’écriture, de la manière de l’utiliser comme relation au monde. Nombre d’écrivains sont venus, ils ont parlé pendant plus de trois heures, de littérature, de liberté, des sociétés françaises et irakiennes… » Et puis c’est au tour de Fahad et Harith de venir en France, à l’occasion du festival Le Goût des autres. Ils dressent des ponts entre Mossoul et Le Havre, libérée 70 ans plus tôt avec la bataille de Normandie. Rencontrent l’UNESCO. Mettent sur pied un nouveau festival culturel à Mossoul : « tout ça était organisé avec les équipes de La Guilde, qui nous soutenaient, nous poussaient à améliorer notre travail et nos compétences dans le domaine culturel. Vraiment, notre relation avec La Guilde est très forte ».


À LIRE AUSSI : Le Docteur et les Écrans


Tout n’est évidemment pas rose. La pandémie est passée par là, rendant les équilibres financiers précaires. Une période que les équipes du Book Forum, en partenariat avec La Guilde, ont mise à profit pour organiser des distributions alimentaires aux familles les plus pauvres de Mossoul. Et demain ? Après avoir réouvert les portes du café, le Book Forum veut pousser ses murs et devenir une organisation de promotion de la culture et de l’éducation à travers tout le pays. Ce qui laisse une dernière question en suspens : quid de la formation de Fahad, brutalement interrompue en 2014 ? « En travaillant dans le domaine culturel, mes aspirations ont changé, note le jeune père de famille. J’ai le sentiment que mes responsabilités sociales se sont développées, je peux être davantage acteur de changement dans la société. Mais finalement, ce n’est pas si éloigné de ma formation d’ingénieur. Car les problèmes de la société, leurs mécanismes et la façon de les résoudre engagent une analyse en profondeur. C’est exactement ce que je faisais sur les transferts de masse en milieu poreux, par exemple. » Et si, finalement, la vocation de Fahad était inscrite dans son sujet d’études ?


Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
S’il a atterri dans vos spams, dites à votre fournisseur de messagerie de nous passer en courrier légitime !
Nous gardons vos données privées.