L’amour des étoiles

Au Kirghizistan, une poignée de jeunes se bat pour faire revivre le planétarium de Bichkek, la capitale. Un combat qui a marqué Stephen Rater, lauréat des Bourses de l'aventure 2021, à rencontrer mardi 5 avril aux Cafés de l'aventure.

Un article de Aventure


« C’est hyper puissant. C’est la première fois que j’entends parler de manifestation pour l’astronomie ! » Six mois plus tard, Stephen Rater est encore emporté par l’élan rencontré en septembre 2021. Il est alors à Bichkek, au retour d’une « marche à l’étoile » à travers les steppes du Kirghizistan. « Marche à l’étoile », c’est le nom de son projet, lauréat des Bourses de l’aventure 2021 : voyager un télescope sous le bras, le déplier le soir venu, et proposer aux compagnons du moment de disserter sur l’infiniment grand. Un vagabondage scientifique, philosophique et poétique, partagé avec toutes celles et ceux qui auront, bagage nécessaire et suffisant, une curiosité pour les choses du ciel et notre condition de poussière d’étoile. À Bichkek, la marche à l’étoile kirghize touche à sa fin. Et prend alors tout son sens.

Car en rencontrant des manifestants célestes ce jour de septembre 2021, un lien est tissé avec… Dignes-les-Bains. C’est là, dans la ville de l’aventurière Alexandra David-Néel, que Stephen avait trouvé le nom de son projet alors en gestation. Dans la devise de la femme aux semelles de vent : « marche à l’étoile même si elle est trop haute ! » Suis tes rêves les plus fous, enjoignait la fiancée de Lhassa – et décroche la lune ! Celle des manifestants célestes s’appelle Bichkek Planetarium. À l’abandon depuis la chute de l’URSS, ils sont une poignée à s’activer pour le faire revivre. Ils ont 25 ans, ils battent le pavé, organisent des évènements de soutien, lancent des actions en justice. Pour qu’à nouveau leur pays s’ouvre au firmament.

Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

« Ce sont des idéalistes, mais hyper ancrés dans la réalité, analyse Stephen, qui appuie la démarche à distance. Ils comprennent le manque d’outils dans leur pays, alors même que les moyens scientifiques étaient hyper présents pendant l’URSS ». Ils, ce sont surtout elles : quatre femmes et un homme, pas encore entrés dans la trentaine, qui n’ont pas accepté de voir le planétarium de leur capitale tomber en décrépitude. Entre 1974 et 1995, le planétarium est une institution, qui a accueilli plus de 600 000 visiteurs avant d’être vendue. Illégalement, selon Zhyldyzai Turdubekova, une avocate de 28 ans qui a porté la lutte sur le terrain judiciaire. C’est qu’en 1995, alors que le jeune pays fait l’apprentissage de l’indépendance, la libéralisation est sauvage et les intérêts privés, carnassiers. Convaincue qu’ils ont agi hors la loi, Zhyldyzai Turdubekova cherche à annuler la vente pour faire revenir le lieu dans le domaine public.

Le planétarium de Bichkek, rue Togolok Moldo

Las, en novembre 2021, c’est « la claque » : après quatre ans de procédure, la Cour suprême kirghize refuse d’annuler la vente – de rendre le planétarium aux citoyens, déplorent les défenseurs d’un lieu vivant pour tous. « Ils ont bien compris l’intérêt de l’astronomie dans la vie des gens, valide Stephen. On a besoin de science pour comprendre l’univers dans lequel on vit. Sans l’astronomie, on perd un angle de vue ». Lors de leur rencontre à Bichkek, deux mois avant le jugement de la Cour suprême, le groupe s’exprimait ainsi face à la caméra de Boris Wilmart, le coéquipier de Stephen Rater dans cette marche à l’étoile : « il faut rendre le planétarium aux citoyens, pour que chaque personne puisse le visiter, étudier l’espace, les étoiles, pour que les gens discutent davantage du ciel que de politique ».

Greta Thunberg et Youri Gagarine, même vaisseau

Désormais, les manifestants tentent de se remobiliser, d’imaginer de nouveaux moyens d’action. Et font appel aux figures d’hier et d’aujourd’hui, sous toutes les longitudes. Car si une Greta Thunberg apparait désormais comme la figure de proue d’une jeunesse concernée par les enjeux environnementaux, cette sensibilité collective a été forgée par d’illustres anciens. Ainsi Youri Gagarine, premier homme à avoir effectué un vol spatial : « quand j’ai tourné autour de la Terre dans ma fusée (Vostock 1, ndlr), j’ai vu à quelle point notre planète est belle. Préservons et augmentons cette beauté ! » Et le cosmonaute russe d’ajouter : « en regardant la Terre de loin, vous réalisez qu’elle est trop petite pour un conflit, et juste assez grande pour une coopération ». Voilà une étoile à suivre.

Propos de SR recueillis par Eric Carpentier.


Pour aller plus loin


Actions ! La lettre de La Guilde

Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
Nous gardons vos données privées.

Les Cafés de l’aventure – marche à l’étoile au Kirghizistan

Mardi 5 avril au Zango Les Halles (Paris 1er), partez au Kirghizistan observer le ciel avec Stephen Rater et Boris Wilmart.

Un article de Aventure


Stephen Rater (Astrobivouac) et Boris Wilmart (Baka films) sont partis au Kirghizistan pour le troisième chapitre du projet « Marche à l’étoile », après le Népal en 2018 et la France en 2020. Avec du matériel d’astronomie et de vidéo dans les sacs, ils marchent la journée et proposent des observations au télescope la nuit venue. Accompagnés de Nursultan, traducteur, ils récoltent alors impressions et sentiments venus du ciel et de l’Univers, depuis Bishkek, la capitale kirghize, jusqu’au au lac d’altitude Son Kul.

« Aujourd’hui, la grande majorité de la population mondiale n’a jamais observé au télescope. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de cultures et d’intérêt autour du ciel et de l’Univers, bien au contraire, relève Stephen Rater, lauréats des Bourses de l’aventure 2021 pour ce chapitre kirghize. Il est important pour nous d’aller provoquer des discussions autour de ce thème et de comprendre ce que les gens pensent de tout cela, à travers des observations contemplatives et/ou des pensées philosophiques, scientifiques et religieuses. Le voyage à travers la marche est un bon prétexte d’aventure. Il est aussi un bon moyen d’aller rencontrer spontanément des personnes curieuses, que ce soit dans le jardin d’en face, au cœur des Cévennes ou au fin fond de l’Himalaya. Ces témoignages partagés nous ouvrent des manières de voir le monde ».


Depuis 20 ans, le Zango accueille les Cafés de l’aventure organisés par La Guilde. Ils rassemblent de manière conviviale hommes et femmes animés par le même esprit de découverte du monde.

Tous les premiers mardis du mois (parfois le deuxième), rendez-vous à partir de 20h au Zango Les Halles (15 rue du Cygne 75001 Paris, métro Etienne Marcel), pour exposer vos projets ou partager un retour d’expédition, de manière informelle.

Pour que l’entrée reste gratuite, nous vous remercions de prendre une consommation avant de monter à l’étage !

LogoZango

À lire aussi


Actions ! La lettre de La Guilde

Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
Nous gardons vos données privées.

Les Cafés de l’aventure rouvrent leurs portes !

Mardi 7 septembre, Hugo Subtil racontera comment, parti avec deux frères, il est arrivé seul au lac Baïkal après 3700 km à pied.

Un article de Aventure


Depuis 2002, le Zango Les Halles accueille les Cafés de l’aventure organisés par La Guilde. Ils rassemblent de manière conviviale et régulière les acteurs de l’aventure animés par le même esprit de découverte du monde.

Après une pause forcée de 18 mois, les Cafés de l’aventure reviennent le mardi 7 septembre 2021 !

Tous les premiers mardis du mois, retrouvez-nous à partir de 20h au Zango Les Halles (15 rue du Cygne 75001 Paris, métro Etienne Marcel), pour exposer vos projets ou partager un retour d’expédition, de manière informelle.

Pour que l’entrée reste gratuite, nous vous remercions de prendre une consommation avant de monter à l’étage !

LogoZango

Pour la reprise, l’invité de la soirée est Hugo Subtil, lauréat des Bourses de l’aventure 2021 :

« 3700 km, trois paires de pieds, quatre mois, de Bichkek la capitale du Kirghizistan au lac Baïkal, en Sibérie. L’Itinéraire ? À définir. Au départ nous n’en savions pas plus. Nous serions trois. Deux frères, Tom et Jimmy, et moi leur pote, Hugo. Nous avions 23 et 24 ans, tous en « année de césure », nous voulions conclure celle-ci par un projet commun. Quoi de mieux qu’une petite balade à pied ? L’idée était de marcher ─ mais vraiment marcher : pas d’auto-stop, pas de bus, pas de train ni de vélo. Une paire de bottes, une paire de potes. Dans le dos, un sac de 6 kg ─ autant dire le strict nécessaire pour bivouaquer. Forts de quelques belles randonnées sur le GR 20 en Corse, la Haute Route des Pyrénées ou quelques sommets dans nos Alpes, nous avions tout des parfaits marcheurs. Et nous étions prêts à suivre tous les chemins qui nous mèneraient jusqu’au Baïkal. Nous partirions de Bichkek le 11 avril 2019, à la rencontre de l’Asie centrale, de ses peuples et de ses montagnes. Pourtant nous étions loins d’imaginer les conséquences de la seule promesse que nous nous étions faits : il faudrait uniquement marcher. C’était la seule règle. 104 jours plus tard, j’arrivai seul au Lac Baïkal. »

L’évènement sur Facebook


Actions ! La lettre de La Guilde

Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
Nous gardons vos données privées.

« Il y a une image romantique du voyage à cheval »

Quand deux sœurs partent traverser les Monts Célestes à cheval, elles en reviennent à trois. Léopoldine et Elise Desprez, lauréates des Bourses de l'Aventure 2019, éclairent ce tour de magie. Qui commence par un rêve.

Un article de Eric Carpentier


Cet article est issu de la série spéciale Aventure, publiée tout l’été. Pour retrouver l’ensemble des articles de la série, abonnez-vous à la lettre mensuelle de La Guilde :

Actions - la lettre de La Guilde


Parmi les mille façons de parcourir le monde, vous avez choisi le cheval. Pourquoi ?

Elise : On a eu la chance de grandir avec des chevaux, depuis toutes petites ce genre de voyage au long cours nous trottait dans la tête. On en rêvait, jusqu’à cette espèce de fenêtre spatio-temporelle dans laquelle on était disponibles toutes les deux, l’année dernière. On s’est dit go !
Léopoldine : C’était vraiment un reste de gamines. Ça fait rêver, parce qu’il y a une image romantique du voyage à cheval. On idéalise un peu tout ça, c’est l’aventure pure et dure, les sacs sur les chevaux et on va se perdre dans la nature sauvage.
Elise : On rêvait aussi d’aller en Asie centrale parce qu’il y a encore des peuples nomades ou semi-nomades, des gens qui utilisent les chevaux dans leur quotidien. On avait envie d’utiliser le cheval comme trait d’union, avec cette idée d’aller rencontrer des peuples cavaliers et d’être vues d’abord comme cavalières.
Léopoldine : De manière générale, le voyage lent, prendre le temps de voir le monde, soit en marchant, soit à cheval, sur une longue durée, ça a toujours été quelque chose qui me bottait bien.

Il y a de la madeleine de Proust dans votre départ. D’autres inspirations, d’enfance ou plus actuelles, vous ont-elles poussées sur la piste ?

Léopoldine : Un des bouquins qui m’a vraiment fait rêver, c’est Les Cavaliers, de Joseph Kessel (entré dans La Pléiade en juin 2020, ndlr). Même si ce n’est pas trop le même coin, ça reste des noms magiques : la route de la soie, les peuples cavaliers… Ce bouquin a fait beaucoup pour moi.
Elise : Le trajet qu’a fait Sylvain Tesson avec Priscilla Telmon nous a forcément inspirées, ça a été notre livre de chevet avant de partir (La chevauchée des steppes, ndlr). Le hasard a fait qu’on a rencontré des personnes qui les avaient vus à l’époque de leur voyage ! Il y a aussi des gens comme Tim Cope et tous ceux qui ont voyagé dans cette région avant nous. Et des aventurières, comme Ella Maillart, une femme assez charismatique qui nous a beaucoup inspirées. La littérature nous a portées, nous a appris, tant pour se sortir de moments compliqués qu’au niveau technique.

« On pouvait se planter, mais on devait aller au bout de notre idée. »

Concrètement, comment passe-t-on du rêve à la réalité ou, pour reprendre une formule chère à La Guilde, comment faire ce dont les autres rêvent ?

Léopoldine : C’est parti d’une étincelle. Elise finissait un CDD au printemps. Lors du Noël précédent, on a lancé sur le ton de la blague « allez, on le fait ! » En se rapprochant de l’association des Cavaliers Au Long Cours pour potasser la faisabilité de l’idée, on a compris qu’il fallait juste le vouloir pour se lancer. J’ai demandé un congé sans soldes, et on a pris ce temps pour nous.
Elise : J’étais à Thonon, Léo à Nantes, ce n’était pas hyper évident pour la préparation du voyage. Un hasard a fait qu’on a eu deux contacts au Kirghizistan, donc on s’est dit « on prend cette base-là, on partira du Kirghizistan ». Et on a construit notre projet une fois sur place, dans les trois semaines avant de partir avec les chevaux. C’est un mélange d’un peu de préparation en amont, et de rencontres sur place.
Léopoldine : Ce sur quoi on a passé le plus de temps, finalement, ce sont les demandes de financement, dont les Bourses de l’Aventure de La Guilde. Elles nous ont aidées à définir notre projet, à lui donner un cadre, à affiner la région, le temps, la direction… C’était plus carré dans nos têtes même si, concrètement, tout s’est débloqué une fois au Kirghizistan.
Elise : On était intimement convaincues de certaines choses. On savait qu’on voulait partir à deux, entre frangines, sans guide. Des personnes nous disaient « attention, ça va être dangereux, l’Asie centrale ! » Mais tout le monde a des a priori, et beaucoup de personnes projettent leurs peurs. La phase de préparation nous a confortées dans l’idée qu’on pouvait y arriver. En se laissant le droit à l’erreur ! On pouvait se planter, mais on devait aller au bout de notre idée. Ça, c’était très important pour nous.

Qu’est-ce que cela implique, selon vous, de partir « entre frangines » ?

Léopoldine : Un des gros avantages d’être sœurs, c’est qu’il n’y a pas de gênes, pas de non-dits. Ça coule, c’est simple. Malgré toutes les galères qu’on a pu avoir, il n’y a pas eu une journée sans un fou rire.
Elise : Il n’y a aucune forme d’enjeu dans notre relation. On sera toujours sœurs, peu importe ce qu’il se passe, c’est très confortable. Et une espèce de feeling s’est produit : quand on sentait que l’une fatiguait, ça faisait naître une forme de regain en l’autre et hop, on prenait le relais. Une anecdote m’a marquée en tant que petite sœur. Quand on a perdu nos chevaux pour la première fois…
Léopoldine : La deuxième, on les avait déjà perdus avant le départ ! (rires)
Elise : (rires) On arrive dans la vallée de l’Ak-Say, à plus de 3 000 mètres d’altitude, une vallée déserte, absolument magnifique. Deuxième nuit, tempête, on se rend compte au petit matin qu’il ne reste plus qu’un cheval sur les trois. Et là, Léo ne me parle pas, elle selle le dernier cheval, prend son duvet, sa couverture de survie, et me dit « je reviens dans trois jours s’il le faut, je vais chercher les chevaux. Toi, tu ne bouges pas. » Je la vois disparaître à l’horizon et je reste à la tente, avec notre chien. On a aucun moyen de communiquer, et moi je prends conscience qu’on est séparées pour la première fois. On ne pouvait plus compter l’une sur l’autre.

« Il faut partir sans limites, mais avec beaucoup d’humilité. »

Vous êtes donc séparées, sans moyen de communication, et vous avez perdu deux de vos trois chevaux… Et ensuite ??

Léopoldine : La journée et la cogitation m’ont faite rentrer à la tente. Je n’avais pas retrouvé les chevaux, tout un tas de questions se posaient, c’était bien d’être à deux pour en parler, pour se serrer les coudes. Et finalement, on a retrouvé les chevaux le surlendemain grâce aux bergers de la vallée. Ils connaissent la steppe comme leur poche, ils arrivent à repérer quand deux chevaux ne sont pas les leurs. Et surtout à les attraper, parce qu’ils étaient encore un peu sauvages !
Elise : Ça se finit bien, mais je t’en ai énormément voulu, parce qu’en plus de retrouver les chevaux, t’as eu le droit à un repas chaud avec les bergers, alors qu’on arrivait pas à se faire à manger ! (rires) Mais ça a été un immense soulagement. C’est reparti, on oublie tout, go, on y va.

La caravane est reformée. Comment se passe la cohabitation entre ses membres ?

Léopoldine : On a mis trois chevaux qui ne se connaissaient pas ensemble, ils ne nous connaissaient pas non plus, et un chien a décidé de nous suivre dès le début. On était six éléments, pas tous connectés entre eux, donc il y avait un manque de confiance. La nuit de la fuite des chevaux, un troupeau est venu se mêler, avec un étalon un peu nerveux, de la grêle, de l’orage… Et puis, avec le temps et les kilomètres, la caravane s’est soudée. Le matin, les chevaux nous saluaient d’un petit hennissement, ils se laissaient approcher facilement. Petit à petit, on fusionne, on ne fait plus qu’un.. Il y a quelque chose de très, très fort qui se crée, quelle que soit l’espèce.
Elise : Il y a une forme d’entraide qui se met en place et qui est assez difficile à expliquer. Par exemple, quand on est en train de franchir un col à 4 000, on sent un chanfrein dans notre dos, c’est un des chevaux qui nous pousse de la tête pour nous aider à monter – et cinq minutes plus tard, c’est le même qui va nous pousser dans le ravin parce qu’on n’avance pas assez vite. Ce n’est pas forcément toujours bienveillant ! (rires)

Un chien vous a suivi ? Ce n’était pas le vôtre?

Elise : Non, mais dès les premiers troupeaux sauvages, il a défendu nos chevaux, la caravane. Quand des bergers approchaient, il se mettait entre nous et eux. C’était assez incroyable de voir cette synergie qui s’est mise en place.
Léopoldine : Il a passé les frontières avec nous et puis, à la fin du voyage, je n’ai pas eu le courage de le laisser. Donc là, il est tranquillement avec moi, dans son panier, dans le salon !

Génial. Et le fait de partir entre filles, de conjuguer ce voyage au féminin, ça a été un sujet pour vous ?

Elise : Le fait d’être deux femmes nous a permis de rencontrer beaucoup plus facilement. Par exemple, quand on arrivait dans des yourtes sur les hauts plateaux, si les femmes étaient seules, elles nous autorisaient à rentrer dans la yourte. Dans ces moments-là, c’était plutôt en notre faveur.
Léopoldine : Ce qui est appréciable quand il y a des interactions avec des locaux, c’est qu’ils nous parlent à nous. Alors que s’il y a un homme, ils vont adresser la parole uniquement à l’homme, ce qui est hyper frustrant quand un des objectifs est de rencontrer des gens et d’être perçu comme un voyageur, pas comme un homme ou une femme.
Elise : Après, les gens voyaient d’abord les cavalières. Les chevaux étaient bien tenus, on parlait entre cavaliers, plutôt qu’en tant que femmes ou touristes.
Léopoldine : C’est un truc que j’aime bien mettre en avant : se dire qu’il n’y a pas de limites, hommes ou femmes, aucune raison de se mettre des barrières – parce que c’est souvent nous qui nous les mettons. Bien souvent, quand on voyage, on est d’abord vu comme un voyageur, quel qu’il soit. C’est un message porté par beaucoup de femmes qui voyagent. Ça reste rare de tomber sur des tarés, et c’est aussi rare en France qu’au milieu de la steppe kirghize. Il y a quand même peu de gens qui sont fous. Donc il faut partir sans limites, mais avec beaucoup d’humilité.

« On naviguait complètement à vue, c’était formidable ! »

Un moment fort à retenir ?

Léopoldine : Durant la préparation à Bichkek, la gestion administrative a été un gros problème. On nous disait qu’il serait impossible de passer la frontière, en plus on s’est retrouvées avec ce chien pour lequel on n’avait aucun papier. Et en fait, à la frontière, c’est passé comme une lettre à la poste. Il y a eu une espèce d’allégresse de se retrouver propulsé côté kazakh tous les six – qui n’a pas duré parce qu’on s’est vite rendu compte qu’on ne savait pas où aller ! (rires)
Elise : On est quand même arrivées dans le pays sans carte, sans téléphone, sans GPS parce qu’on n’avait plus de panneaux solaires, sans argent, on ne parlait pas la langue, on ne savait pas où on allait… On naviguait complètement à vue, c’était formidable !


L’ensemble des carnets de voyage des soeurs Desprez est à retrouver sur le joli site STAN & Co.