« C’est une radio unique »

Aude Kéruzoré a dirigé pendant deux ans la Radio Al-Salam, dans le Kurdistan irakien. Au moment de passer le relais à Aymeric de Chezelles, elle revient sur son expérience au cœur d'un média à part, porté par La Guilde.

Un article de La Guilde


Septembre 2019, tu arrives à Erbil pour prendre la direction de la Radio Al-Salam. Quelles sont tes attentes avec cette mission ?

À l’origine, j’avais postulé pour l’intérêt et l’originalité du poste. Une radio de la paix, par et pour les réfugiés et déplacés, montée en 2015 dans le nord irakien post-Daesh… C’est un beau message de rassemblement pour tirer les gens vers le haut. Et avec une équipe multi-culturelle, puisque les huit permanents de la radio viennent chacun d’une minorité culturelle et confessionnelle différente. J’ai reçu un bel accueil de la part de cette équipe, avec beaucoup d’attente et de curiosité. Malgré les difficultés, arriver à travailler ensemble, par-delà les différences, renforce la cohésion.

Des difficultés, tu vas en croiser rapidement avec l’irruption de la pandémie. Cela a bouleversé votre travail ?

Mes deux années à la radio ont tourné autour de trois enjeux : le financement, la situation sécuritaire dégradée et la pandémie. Sur le premier point, crucial, nous avons la chance d’avoir des partenaires fidèles avec L’Oeuvre d’Orient, La Guilde, le Ministères des affaires étrangères (CDCS) ou Radio sans frontières. Mais aussi de nouveaux bailleurs, en particulier l’Agence française de développement qui s’est engagée sur trois ans. C’est une véritable chance.

Surtout dans le contexte particulier liés aux deux points suivants…

En janvier 2020, l’Irak passe en zone rouge suite aux missiles iraniens. Depuis, des roquettes sont régulièrement tirées sur les aéroports. Ça n’empêche pas de vivre au quotidien, mais ça reste particulier. Ensuite la pandémie : mars 2020, je suis sur place depuis à peine six mois, lockdown. On a fait tourner la radio tant bien que mal pendant les deux mois et demi confinés. Puis il a fallu remettre les choses en route et, comme partout dans le monde, creuser le sujet : ça n’a été simple nulle part, mais ici, les conséquences étaient particulièrement catastrophiques dans les camps.

Justement, comment traiter un tel sujet ?

D’abord, on est la seule radio indépendante au Kurdistan irakien. Toutes les autres radios et télévisions – il n’y a pas de journaux – sont financés par des partis politiques. Donc il est difficile de dévier de la ligne officielle. Nous, grâce à la France, aux bailleurs, on est indépendants. On n’est pas embêté. Parce qu’on est neutre aussi ! On va parler des évènements, énoncer les faits, mais pas en débattre ni prendre position. Il faut protéger la radio. Notre ligne va être de s’intéresser aux gens, à leurs problèmes, et d’essayer de voir comment les résoudre. Par exemple, la santé mentale a été un sujet majeur ces derniers mois. Donc on va faire venir des médecins à la radio, indiquer des centres de santé… Proposer des solutions.

À quoi ressemble une grille de programmes de la Radio Al-Salam ?

On a des programmes en live, des infos, des reportages et de la musique, comme un média classique. Sauf qu’on alterne en arabe et en kurde : 8h-9h30 c’est en kurde, 9h30-11h en arabe, par exemple. Les musiques et les reportages aussi, pour que tout le monde puisse se reconnaître dans la programmation. Les gens ont leur journaliste préféré ! Afshin par exemple, kurde iranien, est très suivi le matin, il reçoit énormément d’appel. Il en rigole parce que sa femme en devient jalouse ! (rires)

Quels sont les enjeux de demain pour la radio ?

Professionnaliser l’équipe est un axe sur lequel j’aurais aimé travailler davantage, via notamment des formations sur trois sujets importants : environnement, autonomisation des femmes, jeunesse. L’équipe a entre 23 et 35 ans, des parcours différents, ils sont à mi-temps… Ils ont tous un travail à côté, musicien, prof d’anglais, assistant à l’université ou commercial. Donc ils ont besoin de formation, et ils ont envie d’apprendre. L’idée est qu’ils soient de plus en plus autonomes.

Cela fait désormais six ans que la radio émet, dans un environnement particulièrement complexe. Qu’est-ce qui explique cette longévité ?

Le projet intrigue et intéresse. Tous les gens que j’ai pu rencontrer – ONG, consulats, ambassades, bureaux des Nations Unies etcc. – étaient épatés par ce que fait la radio. C’est un projet unique, aucun autre média ne fonctionne de cette manière. Mais si les gens font confiance au projet, c’est qu’il faut rendre hommage aux équipes. Les directeurs et directrices successifs ont toujours tout donné : Vincent Gelot et Pierrick Bonno qui ont monté la structure avec Guillaume Battin de RSF, Eglantine Gabaix-Hialé, Maguelonne Girardot, Marie Audinet, moi, demain Aymeric… Et puis les huit journalistes : Samir Harboy, Ronza Salem, Afshin Dadwar, Shahad Al-Khoury, Naveen Smoky, Meethak Gaser, Shukur Saber, Hani Menzalji. Il faut vraiment rendre hommage à chacun. Malgré les différences, notamment de langue – on parle français, anglais, arabe ou kurde – tout le monde arrive à faire avancer le projet.

Et toi, tes projets à venir ?

Aucune idée, pas eu le temps de me projeter ! (rires) C’est un projet très prenant, avec énormément de travail. Donc je vais me reposer, passer les fêtes ici avec des amis, et puis visiter un peu. Le Kurdistan irakien est une très belle région, à laquelle je n’ai pas eu assez de temps à consacrer ! Des gens généreux, de jolies montagnes, beaucoup de sites culturels… Je vais aller découvrir tout ça. Et puis penser à la suite.

Propos recueillis par Eric Carpentier


Pour aller plus loin


Actions ! La lettre de La Guilde

Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
Nous gardons vos données privées.

Une journée avec Samir, journaliste de Radio Al-Salam au Kurdistan irakien

Nous avons suivi Samir Yahya, directeur adjoint de Radio Al-Salam, dans son travail de terrain. Ce jour-là, Samir enquête sur les conditions de vie des populations du camp de Hasan Sham, un camp de déplacés irakiens localisé sur la route d'Erbil à Mossoul et peuplé d’environ 1500 familles.

Samir Yahya interroge les habitants du camp de Hasan Sham

Un article de Baptiste Violi, responsable de la coordination et du développement des programmes


Lors de son enquête, Samir Yahya va tour à tour interroger le manager du camp qui travaille pour la BCF (Barzani Charity Foundation), ainsi que divers habitants, femmes et hommes acceptant de répondre à son micro. Il rappelle que la mission de Radio Al-Salam est justement de porter la voix des réfugiés et déplacés.

Samir Yahya avec le manager de la Barzani Charity Foundation

Les sujets abordés portent sur les conditions de vie et problèmes du quotidien, mais aussi sur l’organisation des élections  législatives irakiennes. La plupart des habitants sont originaires de Mossoul ou du village d’Hasan Sham à quelques kilomètres de là, que l’on traverse pour rejoindre le camp. Ce village a été abandonné par la population après avoir été repris par les peshmergas dans leur combat contre Daech. Certains vivent dans le camp depuis quatre ans et restent dans l’impossibilité de retourner chez eux. Non seulement pour des raisons politiques, mais également parce que leurs anciennes habitations n’ont pas été reconstruites, qu’il n’y a ni eau, ni électricité, et aucun service public.

Le camp de Hasan Sham

Alors que les autorités irakiennes prennent des mesures fortes pour inciter les populations déplacées à retourner dans leur ville ou région d’origine, les autorités du Kurdistan irakien continuent d’accueillir ceux qui ne peuvent rentrer chez eux ou craignent pour leur vie : ainsi, à Hasan Sham, tandis que du côté de l’Irak fédéral de nouveaux camps vont fermer dans les jours qui viennent, la BCF étudie la possibilité d’y recevoir 500 familles de plus. Le camp a une capacité d’accueil théorique de 10 000 personnes, cependant divers problèmes se poseraient, notamment celui du rationnement alimentaire ou de l’acceptation de la population déjà présente.

Quand il s’agit d’évoquer les élections  législatives irakiennes de 2021, qui doivent se tenir le 10 octobre (et pour lesquelles pour la première fois les populations déplacées par la guerre seront invitées à voter), les Irakiens qui acceptent de s’exprimer n’ont que désespoir à la bouche et formulent souvent un rejet catégorique à l’égard de partis politiques qu’ils considèrent corrompus.

A son retour dans les locaux de Radio Al-Salam, à Erbil, Samir écrit son reportage


Actions ! La lettre de La Guilde

Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
Nous gardons vos données privées.