Poursuivre ses activités malgré le confinement : le défi de 3 volontaires sur le terrain

C'est possible et c'est ce qu'ils font au quotidien aux quatre coins du monde, car de nombreux volontaires ont fait le choix de rester sur place (lorsque les conditions le permettaient) et de continuer à soutenir leur structure d'accueil.

Un article de Lucie PREDINAS


Le défi de Meïlie au Cambodge (Foyer Lataste)

Durant le mois de mars 2020, le Cambodge a décidé de fermer les écoles du pays pour une durée indéterminée. Ma mission de Service Civique se déroulant dans un Foyer pour enfants et pour jeunes, la question de la suite des activités de l’association s’est naturellement posée.

Après réflexion, la majorité des enfants sont retournés dans leurs familles jusqu’à l’amélioration de la situation sanitaire. Néanmoins, si le Foyer Lataste tourne au ralenti, ma mission ne s’est pas pour autant arrêtée.  Toute l’équipe du Foyer cherche désormais à assurer la santé des enfants et leur suivi à distance. Nous avons diffusé autant que possible les consignes sanitaires auprès des familles, tout en limitant les contacts extérieurs pour les résidents de centre. 

Les actions de l’association étant réduites, je m’efforce de développer des stratégies de fond et les actions du volet Environnement & Agriculture. Cette période est aussi l’occasion d’améliorer l’environnement du centre, à travers le jardinage et la décoration en particulier. 

Je participe également à l’organisation d’activités pédagogiques et créatives pour les enfants restés ou rentrés au Foyer. Jeux ludiques sur ordinateur, ateliers artistiques ou encore défrichage du potager sont au programme. Enfin, je prépare d’ores et déjà le retour de nos bénéficiaires afin de leur proposer de nouvelles activités dès que possible. 


Le défi de Wendy en Equateur (Fondation Futuro)

Je reste très motivée et mon confinement à San Vicente ne rencontre pas de problème particulier. Nous avons commencé avec succès des enregistrements de contes pour enfants via Facebook et le groupe Whatsapp, avec l’aide des mamans des enfants de la ludothèque. 

Nous sommes toujours en confinement strict jusqu’à la fin du mois. Les contaminations Covid-19 à San Vicente semblent diminuer depuis une semaine (peu de cas dans le Centre de Santé de proximité ), ce qui se reflète aussi sur la confiance d’un dénouement que nous espérons tous le plus rapidement possible.


Le défi de Louise aux Philippines (Passerelles Numériques)

Le confinement pour beaucoup, c’est rester à la maison, profiter de ces proches, faire du sport ou faire du télé-travail…

Pour nous, ici, à Passerelles Numériques aux Philippines, 61 étudiants n’ont pas eu la chance de rentrer chez eux car il n’y a plus de bateaux, les îles étant complètement bloquées. C’est donc avec eux que nous continuons notre aventure en tant que Service Civique.

Ce n’est pas facile tous les jours, certains étudiants auraient voulu être aussi chanceux que leurs camarades et retrouver leurs proches. C’est pourquoi nous avons décidé de ne pas se laisser aller et nous créons des activités pour que chaque jour soit différent, pour qu’ils continuent à apprendre, à évoluer mais aussi pour que nous aussi, nous donnions du sens à ce que nous faisons ici.

Voici donc les différentes activités que nous avons mené : du sport (Danse, Yoga, Volleyball, Ping-pong…), des jeux en lien avec leur cursus (IT), des projets comme le “design project” où les étudiants devaient nous présenter un objet réalisé suite à des recherches, en lien avec un matériau et un lieu choisi, des Team building, etc…

Mais rester ici ce n’est pas qu’organiser des activités, c’est aussi apprendre à découvrir chacun et à se découvrir soi-même, apprendre à vivre tous les jours avec les mêmes personnes, faire que son travail devienne sa vie quotidienne et vice-versa. Rester ici c’est passer des moments avec chaque étudiant, vivre cette expérience comme jamais on n’aurait imaginé la vivre : INTENSEMENT !