Comité d’honneur

Il rassemble des personnalités qui ont soutenu le développement de La Guilde ou qui ont inspiré l'action par leur engagement, leurs actes ou leurs textes.

Patrick Edel
Fondateur de La Guilde, Délégué général jusqu’en 2010, il a consacré sa vie à la développer pour aider ceux qui poussent sa porte à “faire ce dont les autres rêvent“. Conscient de cette responsabilité face aux vents contraires d’un monde utilitariste et individualiste, il a repris à son compte la phrase de Montherlant: “Quand bien même l’ordre n’existerait-il plus que dans un seul cœur, il existerait tout de même”.

Pierre Fyot
Président d’honneur actuel de La Guilde et “monument historique de notre histoire contemporaine“. Il s’est engagé, de la Résistance dans les maquis à 17 ans jusqu’à la défense des populations civiles du Biafra, de la fondation de Médecins sans Frontières puis à celle de Médecins du Monde. Il a pris le relève de Paul-Emile Victor en qualité de Président d’honneur de La Guilde depuis 1995.

Bertrand Piccard
Premier tour du monde en ballon avec le pilote britannique Brian Jones à bord de Breitling Orbiter et premier tour du monde en avion solaire avec le pilote suisse André Borschberg à bord de Solar Impulse 2. “Pour changer de direction, changer d’altitude” : cette phrase d’aérostier résume son état d’esprit, cherchant toujours au plus haut niveau des réponses positives aux problèmes de la planète. Son exemple et son message sont souvent présents et honorés lors de nos manifestations.

Gérard d’Aboville
Initiateur des traversées océaniques à la rame en solitaire, il est un exemple de volonté. Il surprend la France en annonçant et en réalisant la traversée de l’Atlantique à la rame en 1980, qu’il complètera par la traversée encore plus téméraire du Pacifique en 1991. Le récit de ces défis a été plusieurs fois primé aux festivals de La Guilde et il constitue une référence pour les Bourses de l’aventure. Sur ces traversées solitaires, il a écrit en 1993 “Seul”, un journal de bord de son voyage en solitaire de 1991.

Jacques Perrin
Cinéaste. Son inspiration proche de La Guilde conduisit à certaines collaborations pour la série télévisée “Médecins des hommes” (1988), tiré d’un livre de Pierre Fyot “Les remparts du silence” (1985) – puis des avants-premières de ses films.

Christian (1934-2016) et Marie-France des Pallières
Membre de de La Guilde depuis 1976, pour la préparation de leur premier voyage (qui donnera lieu à la publication d’un livre “Quatre enfants et un rêve”), Christian en deviendra administrateur puis Président de 1987 à 1989 puis de 1991 à 1996. Ils partirent au Cambodge 15 jours après un Forum d’Agen et y créèrent une œuvre formidable : l’association PSE, “Pour un Sourire d’Enfants”, devenue institution de premier plan au Cambodge en faveur des enfants chiffonniers, pauvres ou maltraités. Dès lors que j’avais rencontré cette misère, je savais que ma vie en serait définitivement changée : un appel au discernement de chacun pour agir et engager sa vie utilement.

Pierre Schoendoerffer (1928-2012)
Romancier et cinéaste de l’aventure quand il était au service de la France, il répondit toujours présent pour présider les jurys de nos festivals. Et peu de temps avant sa mort, il ouvrit le festival des Ecrans de la Mer à Dunkerque avec la projection de son troisième film : “Pêcheurs d’Islande”. Une soirée exceptionnelle – qu’une fois de plus nous avons oublié d’enregistrer.

Jean Raspail (1925-2020)
Ecrivain, explorateur. L’œuvre d’un grand écrivain où l’aventure rejoint l’histoire.

Pierre Guillaume (1925-2002)
Présent dès la création de La Guilde, il en fut un temps Président. Pierre Schoendoerffer le fit connaitre pour son roman porté à l’écran: Le Crabe Tambour, inspiré de sa vie.

Michel Menu (1916-2015)
Un des pères du scoutisme français : en fondant les Raiders-Scouts, puis le mouvement des Goums, ce grand chef de mouvements de jeunesse a su renouveler le scoutisme dans un esprit à la fois chevaleresque et élitiste, mais ouvert à tous. Ses conseils à un futur chef demeurent une référence : “si tu veux être un chef un jour, pense à ceux qui te seront confiés ; si tu ralentis, ils s’arrêtent ; si tu faiblis, ils flanchent ; si tu t’assieds, ils se couchent ; si tu critiques, ils démolissent. Mais… si tu marches devant, ils te dépasseront ; si tu donnes la main, ils donneront leur peau et si tu pries, ils deviendront des saints.”

Le Père Ceyrac (1914-2012)
Il nous a fait rencontrer la sainteté. Plus qu’en France, il est très connu en Inde, pays auquel il dédia sa vie à l’âge de 23 ans – avec une parenthèse de plus de 10 ans dans les camps de réfugiés au Cambodge (1979-1994). Il a été en quelque sorte l’aumônier des ONG. “Tout ce qui n’est pas donné est perdu” est à la fois le titre d’un de ses livres, le fil rouge de sa vie et un appel à la solidarité envers les plus pauvres. Au Forum d’Agen, où La Guilde a réuni des centaines d’ONG pendant 20 ans, il faisait partager une incroyable émotion et redonnait du sens et de la finalité à tous les projets humanitaires.

Paul-Émile Victor (1907-1995)
Président d’honneur de La Guilde de 1970 à sa mort en 1995, il présida le lancement de La Guilde au premier Forum de l’Aventure en 1970 et accepta d’en devenir Président d’honneur, ce qu’il fit avec constance et attention jusqu’à ses derniers moments à Bora-Bora en 1995. Il en présida plusieurs fois les jurys des festivals et de nombreuses manifestations.

Hergé (1907-1983)
Premier inspirateur de La Guilde, il fut logiquement l’un des premiers membres du comité d’honneur et nous permis deux couvertures historiques de notre revue. Sa définition de la jeunesse “de 7 à 77 ans” nous rappelle toujours que celle-ci est un état d’esprit.

Roger Frison-Roche (1906-1999)
Présent au premier Forum de l’Aventure, lancement de La Guilde, il présida plusieurs fois ses jurys et notamment le Prix du livre d’Aventure vécue dont il fut le secrétaire “perpétuel”. Mythique auteur de la montagne et du désert : de L’appel du Hoggar (1937) à L’Esclave de Dieu (1985).

Didier Daurat (1891-1969)
Pionnier de l’aviation française, c’est le père de l’aéropostale. Lors de la création de La Guilde en 1967, il fut le premier à accepter d’être membre d’honneur pour perpétuer l’esprit d’audace et d’exigence qu’il attendait de ses légendaires pilotes (Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet…).

Henry de Monfreid (1879-1974)
Marin, aventurier, écrivain, le cas échéant trafiquant, il s’inscrit dans l’aventure coloniale française de la Corne de l’Afrique dont il est amoureux. Il rejette la prudence, le conformisme et l’entre-soi de communauté française qui y est établie, à laquelle il préfère la proximité des Danakils, des Somalis et des arabes d’Aden. Une légende de l’aventure. Ses “Secrets de la Mer Rouge”  dépeignant ses aventures comme apprenti chasseur de perles et commerçant original dans la corne de l’Afrique feront encore longtemps rêver.