« Des gens nous parlaient depuis les toits »

En avril 2022, Radio Al-Salam fête ses sept ans. Interrogés par Shahad Alkhoury, journaliste de la radio depuis 2018, ses cofondateurs Hugues Dewavrin et le Docteur Frédéric Tissot reviennent sur une aventure plurielle.

Un article de La Guilde


Nous sommes avec le Docteur Frédéric Tissot et Hugues Dewavrin, présents dès le départ de l’histoire de la radio. Pouvez-vous vous présenter ?

Frédéric Tissot  Je suis médecin, je travaille avec une partie des Kurdes depuis octobre 1981. Après avoir exercé dans différents pays, j’ai été le premier Consul général de France à Erbil, au Kurdistan, entre 2008 et 2011.

Hugues Dewavrin  Je suis chef d’entreprise et vice-président de La Guilde, qui s’occupe de pays en post-crise. J’ai connu Frédéric en Afghanistan dans les années 2002-2003, où nous avions reconstruit un cinéma. Lorsque Frédéric a été nommé Consul général de France en 2008, nous avons organisé une grande manifestation de cinéma français et kurde à Erbil. Voilà comment nous nous sommes connus, appréciés et jamais quittés.

Comment s’est créée la radio, en 2015 ?

H.D. – Pendant l’été 2014 – c’était au début du mois d’août, tout le monde était en train de bronzer en France – nous avons appris que le nord de l’Irak était envahi par l’État islamique. Nous nous sommes tout de suite contactés avec Frédéric, parce que j’avais besoin qu’il m’explique la situation. Il m’a dit que c’était absolument épouvantable, que des centaines de milliers de réfugiés allaient arriver. Très rapidement, nous avons eu ensemble l’idée de monter une radio pour rendre service aux réfugiés. Dès l’automne, nous avons pris l’avion ensemble pour aller sur le terrain et affiner cette idée. Frédéric a été un élément-clé, car il bénéficie d’un grand respect local par son passage très important au consulat.

F.T. – Il fallait donner une voix à toutes ces personnes déplacées ou réfugiées, résultant de l’attaque de Daesh au niveau de Mossoul et Sinjar. Il ne fallait pas les laisser totalement isolées, mais pouvoir les accompagner dans ce déplacement, voire cet exil.


À LIRE AUSSI : « C’est une radio unique »


H.D. – En comprenant que c’est le communautarisme fou de Daesh qui a mis tous ces gens dans la misère, des centaines de milliers de gens jetés sur la route pour des questions d’intolérance absolue, on s’est dit que le plus audacieux serait peut-être de créer une radio avec des sensibilités, des origines, des langues et des religions qui seraient toutes celles de la région. Qu’on montre ainsi qu’on peut travailler ensemble, réfléchir ensemble, vivre ensemble. La radio, c’était vraiment la vitrine de la tolérance, le contre-projet de celui que nous avions sous les yeux avec la violence de Daesh. Et on s’est dit que nous allions émettre très largement, pour que ce message de tolérance soit entendu dans les camps mais aussi au-delà. Un de nos très beaux souvenirs, c’est qu’à Mossoul, alors sous occupation de l’État islamique, des gens nous écoutaient et nous parlaient depuis les toits. Ce message de paix et de tolérance, on arrivait à l’emmener très loin. Ma plus grande fierté est là, d’avoir réussi à réunir dans la durée des gens qui ne pensent pas pareil, mais qui s’apprécient, se respectent et avancent dans la même direction. C’est la magie de Radio Al-Salam.

La situation du pays a beaucoup changé depuis la création de la radio. Qu’est-ce qui rend Radio Al-Salam différente aujourd‘hui, par rapport aux autres radios ?

F.T. – L’idée, c’était la lutte contre l’intolérance et la violence. Et ça, ça se maintient toujours, Radio Al-Salam est basée sur ces valeurs. Le fond même de ce que défend Radio Al-Salam est toujours actuel, il y a toujours besoin de partager ensemble, de respecter la parole de l’autre, d’écouter l’autre. Et c’est cela, toujours cela qui fait la radio, avec cette formidable équipe qui continue à faire vivre ce concept de radio de la paix.


À LIRE AUSSI : Le Docteur et les Écrans


La radio fête son 7e anniversaire. Que pensez-vous de son évolution ?

H.D. – Il faut donner des bonnes nouvelles ! Le gouvernement français, qui a été assez sensible à la radio, a décidé de nous soutenir beaucoup plus officiellement via le soutien de l’Agence française de développement, qui va assoir la pérennité de la radio accompagné du soutien de la Région Île-de-France (sans oublier les soutiens du Ministère des affaires étrangères et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, ndlr). Pour l’aspect matériel, la radio a de belles années devant elle. Pour le fond des choses, je ne peux qu’adhérer à ce que vient de dire Frédéric. Il faut rester sur des choix fondamentaux, rien n’est jamais acquis. Regardez : qui pouvait imaginer qu’il y allait avoir cette guerre abominable en Ukraine il y a à peine un mois ? En fait, le monde ne change pas autant qu’on le voudrait ; il reste violent, il reste intolérant, et ces vigies comme celle que constitue Radio Al-Salam, ces espèces de pôles de résistance, il faut y tenir comme à la prunelle de ses yeux. Alors ne changez rien et restons là le temps qu’il faut pour garantir que ce monde peut être, malgré tout, un peu meilleur.

Quels sont vos souhaits pour la Radio Al-Salam ?

F.T. – Je voudrais surtout remercier les personnalités, les associations et les partenaires grâce auxquels nous avons réussi, tous ensemble, à mener à bien cette radio. Je pense à Guillaume Battin et à son association Radio sans frontières, à l’Œuvre d’Orient, à Agnès b., à La Guilde, et bien sûr aux autorités gouvernementales et provinciales, notamment le gouverneur de la province d’Erbil, qui nous ont aidé à lancer la radio. Sept ans après, merci encore à toutes ces personnes qui se sont mobilisées pour que cette radio puisse être encore là, aujourd’hui.

H.D. – Bon anniversaire et longue vie à Radio Al-Salam !

Propos recueillis par Shahad Alkhoury


Pour aller plus loin


Actions ! La lettre de La Guilde

Merci de valider votre inscription via le mail de confirmation envoyé.
Nous gardons vos données privées.