Voir un être ineffablement sacré

L'édito de la lettre de mai

Un article de La Guilde


Lire la lettre dans son intégralité : Voir un être ineffablement sacré

Pour recevoir la lettre mensuelle : formulaire d’inscription


Charles de Foucauld a reçu les honneurs de l’Eglise à Rome dimanche 15 mai.

Si cette reconnaissance réjouit les chrétiens, qui forment une composante éminente de notre communauté Guilde non-confessionnelle, elle a un écho particulier pour toute notre organisation, à la lueur du parcours extraordinaire de l’homme et de sa place dans l’histoire de la France outremer.

Plutôt bien né en 1858, doublement orphelin à six ans, élève officier sans passion, il termine dernier de sa promotion à Saumur. Il s’ennuie en garnison et quitte l’uniforme cinq ans plus tard. Sa rencontre de l’Orient l’émerveille. « Déguisé en juif », il part un an à la découverte du Maroc interdit aux Européens ; ses relevés lui vaudront la médaille de la Société de géographie. Retourné par la foi, il part pour la Palestine où il sert, jardinier et domestique, vivant dans une cabane. Établi au Sahara, il vit dans une simplicité totale dédiée à l’accueil et au soin ; produisant aussi le premier et toujours inégalé dictionnaire Français-Tamahaq, cette langue touarègue ; apôtre de la non-violence et de la bienveillance, pour utiliser des termes actuels.

Aventure, engagement volontaire, service et curiosité scientifique ont été ses points cardinaux ; sa soif d’absolu – au centre de sa vie – s’est incarnée dans une foi ardente. Son existence aura manifesté une quête obstinée et renouvelée de sa propre vocation, passée à un tamis très exigeant.

Et puisque nous aurions pu rêver qu’il rejoigne le Comité d’honneur de La Guilde, si toutefois nous l’avions précédé dans le temps, conservons sa haute figure comme un modèle pour nous.

Vincent RATTEZ
Délégué général