Festival des Ecrans de la mer : clap de fin de l’édition 2019

Retour sur 3 jours de projections, d'échanges et de rencontres riches et intenses dédiés à la mer

Un article de Paola BENETON


C’était aux Atlantes, centre de congrès des Sables d’Olonne, que les Écrans de la mer avaient jeté l’ancre les 2, 3 et 4 mai dernier pour la première fois depuis 30 ans. Trois jours de projections, de rencontres et d’échanges foisonnants autour d’une programmation riche, à l’image de la mer. Promesse tenue : qualité, diversité, convivialité étaient au rendez-vous avec :

Une sélection internationale de 21 films documentaires de grande qualité dont 16 en compétition (parmi 140 inscrits) qui nous ont émus, interpellés, émerveillés ;

Une trentaine d’exposants (professionnels de la mer, de la solidarité, artistes, aventuriers, innovateurs), généreux de leur savoir-faire, rassemblés dans la salle La Frégate où l’esprit d’entraide “des pionniers” d’une première édition a régné ;

Huit tables rondes aux thématiques variées avec des intervenants de grande qualité ;

Des parrains exceptionnels et inspirants (VDH, Don McIntyre, Tom Goron, mascotte des scolaires) partageant leur vision de l’aventure en mer ;

Une maîtresse de cérémonie, Anne Quéméré, navigatrice de l’extrême, aussi à l’aise en mer que sur les planches, fil d’Ariane inspiré entre les réalisateurs et le public ;

Un jury film passionnant et passionné, composé de personnalités d’horizons variés (Yves Marre, président, navigateur solidaire, amiral Marin Gillier, ancien patron des commandos marines, Clara Dumard, la benjamine du passage du Nord-Ouest à la voile, Ramón Gutierrez, 35 ans de Grands Reportages pour Thalassa, Eric Beauducel, 30 ans de réalisation de documentaires) qui, dixit les coulisses, a eu beaucoup de plaisir à travailler ensemble pour proposer un palmarès illustrant la richesse des sujets liés au monde marin (aventure humaine, histoire, pêche, biodiversité, éthologie, plongée sous-marine, environnement) :

  • Grand Prix du Festival : L’Île de Lumière – Quand la France sauve les boat people, un film de Nicolas Jallot. Production : Transparences Productions et France 2. 65 minutes, France.
    3 000 € offerts par CIC Ouest.
  • Prix de l’Image : 700 requins dans la nuit, un film de Luc Marescot. Une expédition menée par Laurent Ballesta. Coproduction : ARTE France, Le cinquième rêve, Andromède Océanologie, Les Gens Bien productions, Filmin’Tahiti, CNRS Image. 52 minutes, France. 1 000 € offerts par CIC Ouest.
  • Prix de l’Écriture (2 films ex-æquo) : Hommes des tempêtes, un film de Frédéric Brunnquell. Production : Morgane Production, France Télévisions. 55 minutes, France.
    1 000 € offerts par CIC Ouest. Poisson d’or, poisson africain, un film de Thomas Grand et Moussa Diop. Production : Zideoprod. 60 minutes. Sénégal. 1 000 € offerts par CIC Ouest.
  • Prix Ushuaïa TV / Écrans de la Mer des Sables d’Olonne : Queen Without Land, un film de Asgeir Helgestad. Production : Artic Light. 52 minutes, Norvège. Une diffusion sur la chaîne Ushuaïa TV.

Et parce que la mer est un territoire d’aventure et d’innovation à protéger, des aventuriers et créateurs de start-up ultra motivés et inspirants, venus défendre leurs projets en soutenance devant des jurys de grands professionnels présidés par Don McIntyre, fondateur de la Golden Globe Race, pour la Bourse de l’Aventure Maritime et par Franck Zal, PDG d’Hemarina, pour le Prix Start-up de la Mer. Deux récompenses dotées par La Guilde, dont les lauréats, après des délibérations reflétant la qualité des candidats, sont :

  • Bourse de l’Aventure Maritime / Lauréat : Vincent Grison pour son projet Rennes-Pôle Nord-Rennes, un aller-retour en nacelle multi-sports tractée par un vélo, un kite surf et à ski.
  • Prix Start-Up de la mer / Lauréat : Matthieu Kamm de l’association Earthwake pour le projet Chrysalis de recyclage de déchets plastiques en combustible.

Les Écrans de la mer ont également été ponctués de temps forts comme le dîner des Sportifs avec les étoiles sablaises (Hélène Noesmoen, Caroline Angibaud, Maxime Gaborit, Norbert Seldlacek, les Océboys #Waterfamily…).

Un festival, c’est certes une programmation mais c’est aussi une aventure humaine commencée il y a quelques mois et intensément vécue pendant ces trois jours.

Un grand merci aux partenaires pour leur confiance, leur soutien et leur accompagnement dans l’organisation du festival, aux festivaliers (exposants, réalisateurs, intervenants, parrains) pour leur enthousiasme, leur participation, leur passion et l’envie de la partager, aux 1850 visiteurs pour leur curiosité et leur présence, aux bénévoles, et à tous ceux qui nous ont apporté leur soutien et contribué à la réussite de l’évènement.

Partenaires : Ville et Agglomération des Sables d’Olonne, CIC Ouest, Département de Vendée, Région Pays de Loire, Cluster Maritime Français, Chantiers de l’Atlantique, Ushuaïa TV, Ouest France, RCA La Radio, sans oublier Mer & Bois, société sablaise de menuiserie nautique et constructions navales qui a réalisé les trophées du festival et Vincent Hanrion, lauréat de la Bourse de l’Aventure de La Guilde en 2015 et fondateur de l’association Cinécyclo qui a réalisé la magnifique bande-annonce des Ecrans de la mer.

www.ecransdelamer.com

Projet WEEECAM : un an d’existence couronné de succès

Inauguration du premier point de collecte des Déchets Électroniques Ménagers au Cameroun

Un article de Paola BENETON


Le 19 mars dernier le projet WEEECAM, porté par Solidarité Technologique et La Guilde, a inauguré le tout premier point de collecte des Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques Ménagers (D3Em) dans la ville de Yaoundé, en présence du Ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable, du Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, de l’Ambassadeur de France au Cameroun, et Vincent Rattez, Président de La Guilde. L’occasion de célébrer les 1 an du Projet WEEECAM, et le succès de cette première année.

Convention Guilde – MINEPDED

Au cours de cette cérémonie fut signée la Convention de Partenariat entre le Projet WEEECAM de la Guilde et le Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement Durable. Dans cette Convention, le MINEPDED s’engage à accompagner la Guilde dans la recherche de financement et l’exécution technique du projet. Ceci contribue à renforcer la coopération entre ces deux acteurs engagés pour la préservation de l’environnement.

Convention Guilde – CUD sur la collecte des déchets électroniques

Ce fut aussi l’occasion de célébrer le premier anniversaire de signature de la convention de partenariat entre la Guilde et la Communauté Urbaine de Douala (CUD). Par celle-ci, la CUD apporte au projet différents appuis et en particulier la mise à disposition d’un terrain de 10 000 m² pour la construction d’un Centre de Traitement de D3E et 5 sites de pré-collecte des déchets électroniques répartis dans la ville de Douala.

Convention Guilde – CUY sur la collecte des déchets électroniques

La convention entre la Guilde et la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY), signée le 29 janvier 2019, fut également présentée. Cette convention marque l’implication de la ville de Yaoundé dans le projet WEECAM, notamment à travers la mise à disposition de 7 sites de pré-collecte des déchets électroniques répartis dans la Capitale.

Ce point de collecte des déchets électroniques n’est que le premier d’une série de 13 qui seront ouverts à Yaoundé et à Douala d’ici 2021. Ils permettront de réduire la présence de déchets dans les rues en donnant la possibilité à la population de les faire recycler écologiquement.

https://www.journalducameroun.com/fr/dechets-electriques-et-electroniques-le-cameroun-compte-recycler-5000-tonnes-par-an/

http://www.solidarite-technologique.cm/?p=966

Carnets de Yamalie

Itinérance en solo au pays des Nenets, éleveurs de rennes

Un article de Paola BENETON


Il a voulu l’inverse d’un parachutage en hélico dans une contrée lointaine… Après 15 jours d’expédition en solo, passés au nord du 67ème parallèle, à pied et à ski, en tirant sa pulka, à la recherche de campements d’éleveurs de rennes, les Nenets, dans la péninsule Yamal (Sibérie), Dominique Bleichner, aventurier et administrateur de La Guilde, partage avec nous un extrait de ses carnets :
“Ciel sombre. Il neige encore abondamment sur la taïga. Rechercher la trace d’une présence humaine dans ces forêts des montagnes de l’Oural arctique est un exercice de pisteur. Découvrir leur traces de campement au dernier moment renforce ma connexion émotionnelle. Les heures de marche se soldent effectivement en un éclair. Par la simultanéité des aboiements et de la vision du court fumet s’échappant des sommets enlacés d’un tchoum sans âge. Le cadeau est poétique et majestueux. L’aventure récompensée.
L’entrée sous la tente est un condensé du passage entre 2 mondes. C’est un pas de danse qui doit s’opérer avec panache. Un pas de danse minutieux et fluide. Il est soit réussi, soit raté : de la main droite on saisit les deux épaisseurs de fourrure qui recouvrent la tente et en calfeutre l’entrée, la peau de renne et le feutre.
Une première erreur consisterai à ne saisir que la peau. Tout en maintenant ces toiles dans la main droite, il faut effectuer, avec grâce de préférence, un double mouvement de génuflexion et de rotation, le tout sur un seuil bien glacé et parfois encombré d’un chien qui cherche à tirer parti de votre passage pour entrer. La réussite de ce pas de danse se mesure à cet instant précis où tout en terminant votre demi-tour et en l’accompagnant d’un pas en arrière, on doit tendre le bras droit pour que les toiles de fourrure et de feutre viennent amplement recouvrir l’entrée. Si la porte de tissu est correctement fermée et qu’aucun espace pouvant générer le moindre courant d’air ne subsiste, l’entrée est réussie. La vie est préservée du froid.
Symboliquement, vous rentrez dans un monde de traditions dont vous venez de calfeutrer l’entrée, comme pour mieux l’accepter et le préserver. Ces portes étant très basses, le passage à reculons n’aura pas manqué de vous rabattre votre capuche sur vos yeux. Peut-être pour mieux vous aveugler. Il ne vous reste plus qu’à compléter votre giration pour entrer dans le monde zénithal du tchoum, relever votre capuche, accommoder dans la pénombre et compter les présents. Ce passage aussi brutal que parfaitement silencieux est un Voyage. Une renaissance. Ce qui vous semblait parfaitement obscur se révèle. L’aveuglement s’estompe. Le puit de lumière vous permet de découvrir les habitants.

Bienvenue dans un monde sans intimité où aucun mouvement n’échappe à personne. Une certaine forme de partage. Bienvenue dans la matrice du tchoum. Cocon de chaleur protecteur au coeur d’une forêt boréale hostile. Forme d’habitat la plus évidente. La protection est chaude, douce, naturelle. Son centre en est le feu. Celui qu’une main maternelle ne manquera pas d’entretenir pour vous à l’aube. On y disparait dans l’âme émouvante de l’humanité.”

Tous aux Atlantes du 2 au 4 mai !

Les Ecrans de la mer : un festival de films et de rencontres consacré à la mer dans tous ses états !

Un article de Paola BENETON


C’est aux Sables d’Olonne, port de départ des plus belles aventures en mer que les Écrans de la Mer, organisés par La Guilde, jettent l’ancre les 2, 3 et 4 mai prochain pour trois jours de films et de rencontres dédiés à la mer.

Embarquement pour :

  • 21 des meilleurs films documentaires dont 16 en compétition, illustrant la richesse et la diversité des sujets liés la mer, en présence des réalisateurs.
  • 3 jours de rencontres avec des invités d’exception parmi lesquels : Jean-Luc Van Den Heede, Yves Marre, Don McIntyre, l’amiral Marin Gillier, Franck Zal, Anne Quéméré ; avec des hommes et des femmes passionnés, engagés chacun à leur manière pour la mer : navigateurs de course au large, pêcheurs, écrivains, chercheurs, entrepreneurs, aventuriers, porteurs de projets solidaires.
  • 3 jours de tables rondes à la pointe de l’actualité, animées par des experts : la mer médicament, les plastiques en mer, les algues, les enjeux de la pêche durable…
  • Une trentaine d’exposants : solidarité, métiers de la mer, aventure, innovation et environnement, sports nautiques…
  • Des temps forts : l’attribution de la Bourse de l’Aventure Maritime et du Prix Start-up de la mer, le « Dîner des Sportifs en mer » avec les étoiles montantes Sablaises et la rediffusion du Grand Prix du Festival
  • 3 jours pour s’émerveiller, découvrir, comprendre, s’inspirer et, pourquoi pas, passer à l’action !

En partenariat avec la Ville et l’Agglomération des Sables d’Olonne, CIC Ouest, Cluster Maritime Français, Département de Vendée, Région des Pays de Loire, Chantiers de l’Atlantique, Ushuaïa TV, RCA la Radio, Ouest France.

Rendez-vous les pieds dans le sable le jeudi 2 mai à 10h !

En attendant, suivez l’actualité des Ecrans de la mer sur :

le site web : www.ecransdelamer.com

Facebook : https://www.facebook.com/LesEcransdelamer/

Twitter : https://twitter.com/EcransDeLaMer

Linkedin : https://www.linkedin.com/company/ecrans-de-la-mer/

Avis aux aventuriers qui ont envie de prendre le large !

La Bourse de l'Aventure Maritime 2019 est ouverte !

Un article de Paola BENETON


Vous avez une âme d’aventurier, un projet d’exploration ou d’expédition lié à la mer en préparation ?

Osez concrétiser vos rêves grâce à la Bourse de l’Aventure Maritime de La Guilde !

Cette 2ème édition se tiendra cette année pendant le Festival international du film de mer, Les Ecrans de la mer (2-4 mai aux Sables d’Olonne) sous forme de soutenance publique dans la salle “Vendée Globe” du centre de congrès “Les Atlantes” le samedi 4 mai.

Devenez le prochain lauréat et bénéficiez d’une dotation financière de 5.000 euros ainsi que d’un appui transversal (communication, réseau, etc.) de la part de La Guilde.

Pour recevoir le dossier d’inscription : aventuremaritime@la-guilde.org

 À télécharger : Réglement Bourse de l’Aventure Maritime 2019

Date limite d’envoi des dossiers d’inscription : 31 mars 2019

Sea you !

www.ecransdelamer.com

Facebook / Twitter / Linkedin

“Vagabondages” en Equateur – de 0 degré C° à 0 degré latitude

Des nouvelles des "Vagabonds", volontaires de La Guilde, de retour d'Equateur

Un article de Paola BENETON


Familiers des missions d’exploration à la voile sous les latitudes septentrionales à bord de Vagabond, Eric Brossier et France Pinczon du Sel ont posé le pied sur la terre ferme le temps d’une mission de volontariat de La Guilde comme EUAid Volunteers en Equateur sur un programme de sensibilisation des populations aux risques sismiques et volcaniques. Eric a travaillé comme Disaster Risk Management and Resilience Expert – seismic and volcanic risks; France comme Community Awareness raising on seismic and volcanic risks. Un dépaysement total pour ces vagabonds sentinelles.

Parole à France…

“Certains nous demandent pourquoi nous sommes allé nous décongeler aux antipodes de notre vie habituelle ! En effet, la chaleur de l’Amazonie à un heure de la ville d’Ambato où nous avons vécu, l’altitude des Andes, l’éloignement de la mer… quel contraste avec notre vie dans l’Arctique !

Géographiquement il n’y a pas plus opposé que le parallèle 0 de l’Equateur et les 80° nord qui nous accueillent depuis près de 20 ans, pas plus opposé que le cycle diurne en continuel renouvellement dans l’Arctique et la trajectoire immuable du soleil au dessus de l’Equateur.

Nous avons quitté Vagabond, notre voilier polaire, pour une parenthèse d’un an et demi en Equateur en tant que volontaires européens envoyés par La Guilde. Avec l’objectif de nous rendre utiles d’une manière plus concrète encore que dans l’Arctique.

En effet, avant d’apprendre à sensibiliser une population andine aux risques sismiques et volcaniques qui les entourent, objet de notre volontariat, nous vivions au service de scientifiques et auprès de communautés inuites.

En Equateur, Eric tutoyait volcans, volcanologues et sismologues, je transmettais avec une méthodologie artistique ses connaissances dans les écoles, ou en montant une exposition. Léonie (12 ans) et Aurore (9 ans) en ont profité pour dépasser le niveau d’espagnol de leurs parents, en fréquentant l’ école voisine et autres activités de leurs goûts.
Puis c’est sportivement que nous avons clôturé notre mission en pédalant en famille pour Cinécyclo, projetant dans de petites communautés des documentaires, dont certains de sensibilisation aux risques naturels.

Bref, en Equateur comme dans l’Arctique, nous restons « passeurs ».

Dès ce mois d’avril nous repartons pour une mission de 18 mois sur les côtes groenlandaises puis canadiennes. Son objectif principal : plonger et collecter des échantillons de coralline, une algue contenant des informations sur le passé de la banquise, afin de recueillir des données sur l’évolution de la banquise, et donc du climat, au cours du dernier millénaire. Des données de qualité pour améliorer les prévisions climatiques.

Passeurs, et toujours prêts pour l’aventure !”

France Pinczon du Sel

www.vagabond.fr

Objectif pôle Sud : objectif atteint !

Matthieu Tordeur - projet pilote de La Guilde

Un article de Paola BENETON


Après 51 jours de marche en solitaire, sans assistance et en autonomie totale, Matthieu Tordeur, projet pilote de La Guilde, est arrivé dimanche 13 janvier à 12h15 heure chilienne (soit 16h15 heure française) sur la base Antarctique Amundsen-Scott située au pôle Sud. C’est avec beaucoup d’émotions que nous avons suivi son arrivée.
Matthieu est aujourd’hui le premier Français et le plus jeune explorateur à avoir réussi une expédition de la côte du continent Antarctique jusqu’au pôle Sud, en solitaire, sans assistance (pas de voile de traction) et en autonomie totale (pas de ravitaillement).

“Je me sens à la fois extrêmement privilégié d’être ici et tellement chanceux d’avoir eu la tête et les jambes pour réussir un tel défi,” dit-il. “Les conditions climatiques très difficiles cette saison ont poussé la majorité des expéditions à l’abandon. J’ai mobilisé des ressources que je ne soupçonnais pas. Comme le dit si bien Jean-Louis Étienne, le parrain de l’expédition Objectif Pôle Sud, on ne repousse pas ses limites, on les découvre.” 
Bravo à Matthieu !

Cap sur les Sables d’Olonne et les Ecrans de la mer, version 2019

La Guilde relance son Festival international de films dédié à la mer

Un article de Paola BENETON


Avec le Festival des Ecrans de la mer, version 2019, La Guilde continue la promotion de l’esprit de découverte et renoue avec sa fibre maritime.

De Paul-Émile Victor, qui fut président d’honneur de La Guilde, à Sébastien Roubinet (La voie du Pôle : traversée de l’océan Arctique en catamaran hybride de sa fabrication) ou Corentin de Chatelperron (qui s’investit dans une aventure humanitaire et innovante avec ses bateaux en fibre de jute Tara Tari & Gold of Bengal), l’espace maritime a toujours été familier de ses membres.

En partenariat avec la ville et l’Agglo des Sables d’Olonne, port de départ des plus belles aventures en mer, CIC Ouest et le Cluster Maritime Français, La Guilde propose d’embarquer pour 3 jours de films, mais aussi de débats, d’expositions et d’animations dédiés à la mer, sous l’angle de l’innovation, l’action utile et l’engagement. Ouvert à un public d’horizon très large et de tous âges, l’évènement se déroulera au centre de congrès Les Atlantes des Sables d’Olonne les jeudi 2, vendredi 3 et samedi 4 mai 2019.

Au programme :

3 jours de projection de films documentaires en compétition, une sélection éclectique illustrant la richesse des sujets liés à la mer ;

3 jours de tables rondes sur des thèmes majeurs de l’actualité maritime, d’animations et d’expositions par les acteurs du monde de la mer ;

3 jours de rencontres et d’échanges avec des hommes et des femmes passionnés, réalisateurs et producteurs, professionnels de la mer, experts, porteurs de projets d’aventure et de solidarité, entrepreneurs et sportifs qui incarnent l’esprit d’aventure, d’entreprenariat et le sens de l’engagement à travers :

  • leur savoir-faire, leur projet de start-up et leurs innovations ;
  • leurs actions pour préserver et valoriser l’environnement ;
  • leurs aventures et leurs projets de solidarité en mer.

Fidèle à ses valeurs, La Guilde organisera la deuxième édition de la Bourse de l’Aventure Maritime, en présence du grand public. Le festival se clôturera par l’annonce officielle du palmarès des films et du lauréat de la Bourse de l’Aventure Maritime.

La mer est un territoire d’aventure et d’innovation à protéger. La Guilde propose de larguer les amarres pour s’émerveiller, découvrir, comprendre, s’inspirer et pourquoi pas de passer à l’action !

Réalisateurs, producteurs, navigateurs… vous avez un film qui aborde un sujet lié à la mer, aux océans (tel que la biodiversité marine, la protection des écosystèmes littoraux, l’exploration sous-marine, les métiers de la mer, l’aventure et les sports nautiques…) ?

Afin de vous permettre de proposer vos dernières productions, nous avons prolongé l’inscription jusqu’au 15 février prochain.

Dossier complet à télécharger sur le lien suivant : https://la-guilde.org/les-ecrans-de-la-mer/

Rendez-vous début mai les pieds dans le sable !

L’équipe des Ecrans de la mer

 

En attendant, suivez l’actualité des Ecrans de la mer sur :

le site web : www.ecransdelamer.com

Facebook : https://www.facebook.com/LesEcransdelamer/

Twitter : https://twitter.com/EcransDeLaMer

Linkedin : https://www.linkedin.com/company/ecrans-de-la-mer/

Explorations dans les Andes de Patagonie

Ciné-conférence par l'explorateur Henry Bizot - 26 janvier 2019

Un article de Cléo Poussier-Cottel


Un an après son retour d’expédition sur le Champ de glace nord de la Patagonie chilienne, l’explorateur Henry Bizot, à l’initiative de Défi Solidaire, organise une ciné-conférence bénévole le samedi 26 janvier 2019 à 14h45, Salle Victor Hugo à Lyon 6eme 

L’explorateur solidaire, membre fidèle de La Guilde, qui associe ses explorations en haute montagne à des actions d’entraide, présentera les films de ses deux dernières expéditions en Patagonie au cours desquelles l’équipe franco-argentine a réalisé l’ascension de sommets par des voies inexplorées et baptisées :

“VOIE ANDRÉ ET SOPHIE”

EXPLORATIONS DANS LES ANDES DE PATAGONIE, CHAÎNE MARCONI, 2015

Dans cette terre aux confins du monde, soumise à des conditions climatiques extrêmes, au sein d’une chaîne de montagnes reculée et peu visitée, située à la frontière entre l’Argentine et le Chili, une petite équipe franco-argentine part pour tenter les ascensions d’itinéraires vierges. Une extraordinaire aventure humaine franco-argentine.

Durée film : 40 mn.

“LA POINTE ANNE”

EXPLORATIONS SUR LE CHAMP DE GLACE NORD, PATAGONIE CHILIENNE, 2017

Au cœur de la Patagonie profonde, dans la région la plus isolée du Chili, sur un gigantesque champ de glace reculé et peu exploré, l’ascension d’un sommet vierge est l’objectif d’une petite équipe franco-argentine. Une aventure remplie d’incertitudes, au sein de paysages inoubliables.

Durée film : 40 mn.

En final, l’association Rêves présentera son action et la destination des dons. Durée : 5 mn.

Pour tous à partir de 7/8 ans.

Entrée libre 

Au profit intégral de l’association RÊVES – Site : www.reves.fr

La totalité des dons sera reversée à l’association pour la réalisation du rêve d’un enfant gravement malade. Des bénévoles de l’association solliciteront la générosité du public.

Contact Henry Bizot :

06 73 02 74 39 / hvbizot@aol.com – Site : www.dshb.fr

Afterwork Service Civique

Notre rendez-vous annuel avec nos partenaires le 18 octobre dernier

Un article de Vanessa Gilles


 L’équipe Service Civique de la Guilde a organisé le 18 octobre dernier, un afterwork destiné aux partenaires qui accueillent des volontaires en Service Civique. Une soirée conviviale et pleine d’échanges avec la présence du nouveau Président de la Guilde, Vincent Rattez, et de Fabiola Rivas, Chargée de mission Développement Service Civique Europe et International à l’Agence du Service Civique.
De nombreuses thématiques ont été abordées, parmi lesquelles, la stratégie 2019 de l’Agence du Service Civique, un rappel sur le processus d’agrément des missions, la valorisation de l’engagement ou encore la gestion de la sécurité en mission.