Burkina Faso : la spiruline, une pépite agroalimentaire


Un témoignage de Jean-Pierre Isnard
Président de Technap


Produire de la spiruline c’est bien, la consommer c’est très bien, la rendre attractive et gustative, c’est mieux !

De cette constatation est né un nouveau produit : les dragées du Boulkiemdé.

TechnAp est une association de solidarité internationale créée en 1985. Son but est de lutter contre la malnutrition, d’améliorer la santé et de contribuer au développement des pays d’Afrique subsaharienne, grâce à la culture et la diffusion de la spiruline. La spiruline a des qualités nutritionnelles exceptionnelles et sa culture est particulièrement bien adaptée aux pays chauds et ensoleillés.

Projet lauréat en 2013

En 2012, TechnAp s’est rendu compte que la production de spiruline au Burkina Faso était suffisante, mais que sa consommation par les populations restait faible car elle était mal connue et difficilement intégrable dans leurs habitudes alimentaires. D’où l’idée de leur proposer un produit alimentaire complet comprenant de la spiruline.
Ainsi est né, dans le courant 2013, le projet de fabrication de produits alimentaires à base de spiruline (désignés sous le terme d’Abas). Ce produit a pu voir le jour grâce aux recherches menées conjointement par TechnAp et l’entreprise française « La Dragée de Valence ». Celle-ci a, par ailleurs, fait don de deux toupies de fabrication.
En août 2013, une convention tripartite a été signée entre La Dragée de Valence, le Centre d’animation féminine de Koudougou (CAF) et TechnAp.
Le personnel a été recruté et formé à partir de septembre 2013. Il comprend aujourd’hui un responsable administratif et commercial, un responsable de production, un ouvrier et deux gardiens.
À l’automne 2013, l’AMP a doté le projet d’une somme de 8 800 €.
Ainsi sont créés l’entité « Dragées du Boulkiemdé » (du nom de la province dont Koudougou est la capitale) et un produit dénommé « Vitaspir ». Ce produit est entièrement constitué d’ingrédients locaux : arachide, confiture de mangue, sucre, farine de pain de singe (fruit du baobab), spiruline.
La production démarre en février 2014. Cette première phase a permis de mettre au point le produit, d’évaluer les besoins et le marché, de démontrer sa faisabilité. L’objectif à terme est l’équilibre financier de l’exploitation. La production en 2014 a été de 762 kg. La production actuelle est d’environ 800 kg par an.

Conclusions

Le coût global du projet est de l’ordre de 28 000 € dont près de la moitié pour couvrir les déficits d’exploitation car les frais variables et fixes ont été élevés par rapport aux faibles quantités produites et vendues. La contribution de 8 800 € de l’AMP est donc tout à fait significative. Sans elle, le projet n’aurait pas pu être réalisé.
Aujourd’hui, les conclusions que nous pouvons tirer de ces deux années d’exploitation sont les suivantes :
•    excellente acceptabilité par la population et par les enfants en particulier,
•    excellente qualité nutritionnelle du produit,
•    bien qu’un peu lent, le démarrage des ventes est encourageant.
TechnAp souhaite, en 2016, réaliser une nouvelle phase qui permettra :
•    d’augmenter les ventes en améliorant la logistique et en faisant un gros effort de promotion,
•    d’accroître la production,
•    de rendre l’exploitation bénéficiaire,
•    de poursuivre la mise en place du système approprié de suivi de la qualité.

Jusqu’en avril 2016, une bénévole de TechnAp, Stéphanie Métairie, spécialiste des questions de marketing, est présente sur place pour aider l’équipe locale à développer les ventes, construire un réseau et, si possible, identifier d’autres partenaires dans le domaine de l’agroalimentaire.