PORTRAIT D’UNE EU AID VOLUNTEER : ALEJANDRA B.


Un témoignage de Alejandra
Une EU Aid Volunteer espganole depuis 2015 en Equateur.


Alejandra, 27 ans, Espagnole
Etudes : Une licence en Publicité et Relations Publiques & en Journalisme, ainsi qu’un Master en Coopération et Aide Humanitaire
Caractéristiques : parle 3 langues, passionnée de voyages et d’adrénaline (aventure et sports extrêmes

Je m’appelle Alejandra B. , j’ai 27 ans et je suis espagnole. Cela fait bientôt deux ans que je vis en Equateur et j’adore ce pays. En 2015 j’ai décidé de quitter mon pays et de partir d’Espagne. J’ai choisi l’Equateur et j’ai très bien choisi ! J’ai une Licence en publicité, relations publiques et journalisme, c’est pourquoi je suis partie en tant que volontaire en communication pour la Croix Rouge du secteur Pichincha. Ici, on dit que je suis « communicatrice ». Grâce au bouche à oreille, j’ai finalement trouvé un poste en Service Civique à la Fondation Plan Ecuasol.

Le secteur humanitaire et social m’a toujours beaucoup intéressée et j’avais déjà été volontaire en Inde et en Espagne. Mais comme je n’avais que des bases limitées dans ce domaine, j’ai finalement décidé en octobre 2016 de m’inscrire à un Master en Coopération et Aide humanitaire. Entre temps, je me suis retrouvée dans le processus de recrutement pour un poste en communication en tant que « EU Aid Volunteer », pour repartir à Quito. Lorsque j’ai appris que j’étais retenue pour ce nouveau contrat, j’étais heureuse de retourner en Equateur.

Je suis actuellement volontaire junior en charge de la communication du projet. De manière générale, je m’occupe de donner de la visibilité au projet, en réalisant des supports audiovisuels, écrits, en passant par les réseaux sociaux, en faisant de la recherche de fonds… Je fais partie de la première vague d’EU Aid Volunteers et notre projet est centré sur la gestion et la prévention des risques naturels, et ce parce que l’Equateur est un pays très menacé. Le plus important est le travail avec les écoles, les communautés et les autorités, afin de créer des supports ou d’appuyer les Equatoriens dans la manière de faire la prévention afin de diminuer les dégâts causés par les désastres naturels. C’est une thématique très intéressante sur laquelle je continue d’apprendre beaucoup de choses. J’espère que notre projet sera un succès et que nous pourrons apporter une aide concrète grâce à notre investissement.

Pour ce qui est de l’Equateur, c’est un petit pays, mais il y a beaucoup à visiter : la côte, la Sierra, l’Orient. C’est un pays vert, magnifique et qui, bien que peu connu, a beaucoup à offrir. Après deux ans ici, il me reste encore beaucoup à découvrir et je suis pressée de continuer à voyager et à découvrir la beauté de ce pays.