Des Alpes au Groenland


Un témoignage de Rudi Cottin et Marion Rousselle
Lauréats des Bourses Aventure Labalette 2016


https://desalpesaugroenland.wordpress.com

Du 8 juillet 2016 au 31 juillet 2017

Notre projet s’est construit à partir de motivations profondes, d’envies qui se transforment en projet : partager avec nos familles et nos amis, s’imprégner de la montagne, prendre son temps, avec la conviction de n’utiliser que des moyens de locomotion doux.
Au programme :
– une traversée des Alpes (durant 3 mois),
– un voyage à vélo à la rencontre des écoliers européens (6 mois),
– une traversée des Pyrénées à ski de randonnée (2 mois),
– une exploration du Groenland en voilier (2 mois).

Mais ce projet se construit surtout petit à petit et devient progressivement réalité. Nous sommes partis depuis quelques mois. Marchant, grimpant et pédalant à travers les Alpes, nous avons trouvé dans cette itinérance en montagne un plaisir quotidien et renouvelé. Une sorte de liberté contrainte qui permet de vivre la vie simplement et intensément.

Après le massif de l’Oberland, nous avons récupéré nos vélos. Non pas que nous avions particulièrement envie d’avoir mal aux fesses mais le cycle des saisons a tourné. L’automne est arrivé. Si nous voulions profiter un peu du rocher mythique des Dolomites sans se geler les bouts des doigts, il fallait avancer un peu. Sinon nous finirions notre traversée des Alpes en une année, plutôt qu’en quatre mois.

Un petit tour, en bonne compagnie, autour des Tre Cime (sommet incontournable des Dolomites) et nous nous confrontons au calcaire. Pas de surprise, les voies (d’escalade) faciles sont dures et les voies dures sont normales. Puis nous faisons un petit tour par Belluno, un crochet imprévu à Venise, des moments de partage simples en famille et c’est le sommet du Triglav que nous approchons. Ce point culminant de Slovénie, vénéré par ses habitants, est presque arrivé trop vite. Bien sûr nous étions émus. Car la première partie de notre voyage se terminait (du moins sur la carte). Car de multiples idées et projets ont déjà émergé de ce périple !

Devant nous la mer de nuages s’étend à perte de vue. Aucun sommet ne vient perturber cette immensité de coton. Nous sommes seuls. Nous devinons dessous une vraie mer : la mer Adriatique. Le lendemain, nous sommes sur nos vélos pour rallier cette mer et poursuivre notre voyage en prenant le temps de contempler mais, surtout, de partager nos émotions.

Lors de ce témoignage, nous avons en vue les Pyrénées et nous attendons la neige pour pouvoir chausser les skis !

Rudi et Marion