Au delà des clichés: récit d’un service civique en Roumanie


Un témoignage de Kader DOUMBIA
Volontaire pendant 6 mois en service civique dont 3 mois ½ en Roumanie.


Kader a 23 ans, il habite dans le nord de la France et s’est engagé en Service Civique avec la Guilde au profit de l’un de ses partenaires, l’association STEA. Il nous fait partager quelques souvenirs de sa mission.

« Un des événements qui m’a marqué était celui d’une sortie avec les enfants de l’association dans une école de Satu Mare durant mon service civique.

J’ai observé comment les enfants s’épanouissaient, se débrouillaient pour s’intégrer dans une nouvelle structure malgré un racisme très présent envers les tziganes et les roms en Roumanie. 
Les actions qui m’ont beaucoup marqué lors de cette journée étaient de voir que ces enfants arrivaient à s’amuser dans le skate- parc sans aucun skate-board ou rollers. Durant cette journée j’ai essayé d’être l’intermédiaire entre les enfants afin de les inciter à aller les uns vers les autres. J’étais fier de moi parce que j’ai vu les enfants appartenant à la communauté Roms, échanger de bons moments avec d’autres enfants présents au parc. J’ai observé avec joie les enfants se respecter mutuellement sans violence et respecter les règles de jeux. Quand on est parti, j’ai été ému de voir les enfants se dirent au revoir chaleureusement.

Un de mes objectifs dans mon projet de service civique était de faire évoluer les mentalités sur le racisme envers la communauté Roms.
(…)
Ce qui m’a le plus étonné; c’est moi-même.
 Avant mon départ en mission, je suis resté une année inactif et déscolarisé. Cette année à ne rien faire m’avait donné l’impression d’être une statue, de ne plus vivre. Mais j’ai réussi à partir à l’étranger et à réaliser mon service civique. Cela me paraissait improbable que cette chance me soit offerte et que je sois en capacité de tout quitter pour partir à l’étranger.

Lors de mon service civique, j’ai continué à m’étonner.
 Avant d’arriver dans la structure je me sentais stressé parce que je n’avais pas de formation et je me pensais incapable de répondre aux demandes de la structure. Cependant au fur et à mesure, je me suis adapté en observant ce qui se faisait dans l’association et j’ai dépassé mes craintes de ne pas réussir. Je suis parvenu à mettre en place mes projets et mes activités que je souhaitais malgré la barrière de la langue alors que je pensais que personne n’allait me comprendre. J’ai réussi à communiquer avec quelques mots de roumain que j’ai appris et avec des gestes. 
Un autre point qui m’a étonné de moi-même était celui de reprendre une vie saine en adéquation avec ma vie professionnelle.
Par cette expérience, j’ai pris confiance en moi car je suis parvenu à réaliser que j’étais apte à réaliser ce que je souhaite et je suis fier de moi.

Durant mon service civique, j’ai pu développer des compétences. Aujourd’hui , je suis capable de réaliser des projets ou activités car j’ai appris à les construire.
 Je sais réfléchir et rédiger une trame d’activité qui explique comment mener une activité (la tranche d’âge, le résumé de l’activité, le but, le matériel ).
Pour mettre en place l’activité, je la partage avec l’équipe pour avoir leurs opinions et je la présente aux enfants afin qu’ils comprennent le but de l’activité et que celle-ci se réalise comme c’était prévu.
Pour évaluer chaque activité, j’observe les points positifs et négatifs afin de l’améliorer pour la réaliser une autre fois.
Malgré mon manque d’expérience, je pourrais en conclure que j’ai appris à m’organiser.

Les nombreuses rencontres que j’ai faites m’ont permis de m’ouvrir sur d’autres idées. Certaines de mes valeurs se sont amplifiées telles que le sens du partage, et le fait d’être solidaire par exemple. Je me suis ouvert à une autre culture.
Aujourd’hui, je suis dans un moment important de ma vie, je veux devenir totalement autonome. Durant mon service civique , je suis devenu responsable, Le service civique m’a permis d’évoluer et de prendre du recul sur moi-même. »

L’association STEA a pour missions de contribuer et de militer pour le respect des droits de chaque enfants et chaque jeunes, pour que ceux-ci grandissent dans une société responsable.

L’association lutte contre la mendicité et l’exploitation des enfants et des jeunes en les soutenant à devenir indépendant grâce à l’éducation et à l’obtention d’un travail.