Chloé, VSI aux Philippines : fournir aux plus pauvres un accès à l’eau potable


Un témoignage de Chloé FROTIN
VSI avec l'ONG Eau et Vie


Chloé Frotin est VSI pour l’association Eau et Vie aux Philippines depuis juillet 2017. Pour sa troisième année de volontariat, elle participe à un grand projet d’accès à l’eau dans la ville de Cebu.

Tu n’en es pas à ta première expérience de volontariat, peux-tu nous expliquer ce qui t’a amenée à la solidarité internationale ?

Après une licence de droit dont un an passé en Irlande, une année de césure à découvrir le monde humanitaire au Bénin puis à travailler en Allemagne, et un Master 1 en Science Politique, je me suis spécialisée en Coopération Internationale et ONG en Master 2.

A la fin de cette dernière année d’étude, j’ai entamé un Service Civique mixte chez Eau et Vie, 8 mois au siège de l’ONG à Nantes et 4 mois sur le terrain au Bangladesh en tant que chargée de communication et de recherche de financement.

A l’issue de cette année riche en apprentissage et découvertes, j’ai eu l’opportunité de passer une année supplémentaire au Bangladesh avec Eau et Vie en tant que Chargée de mission Gestion des déchets et Lutte anti-incendie – en VSI cette fois-ci. Volontariat que j’ai ensuite étendu d’une année supplémentaire aux Philippines sur un autre poste.

En quoi consiste l’action d’Eau et Vie aux Philippines ?

Eau et Vie (E&V) est une organisation présente actuellement aux Philippines, au Bangladesh et en Côte d’Ivoire, avec des projets à venir en Bulgarie et en région parisienne.

Dans chaque pays d’intervention, E&V met en place une entreprise sociale locale et une ONG locale. L’entreprise sociale s’occupe de la construction et maintenance de réseaux d’eau dans les quartiers les plus défavorisés de la ville avec des connexions individuelles au sein de chaque maison, d’une collecte des paiements adaptés au mode de vie de population ainsi qu’un système de micro-crédit pour les frais d’installation. Cette dernière travaille main dans la main avec l’ONG locale qui met en place dans ces mêmes quartiers des formations à la lutte anti-incendie, des sensibilisations à l’hygiène et des dispositifs d’assainissement de de gestion des déchets.

Aux Philippines, E&V est présente depuis 2009 et déploie aujourd’hui ses activités sur 3 sites : Cavite (sud de Manille), Mandaue et Cebu City (métropole de Cebu) et à Tanauan (île de Leyte), fournissant de l’eau de bonne qualité à domicile à plus de 3 000 foyers (environ 18,000 personnes) ainsi que toutes les activités de l’ONG.

Inauguration d’un nouveau réseau d’eau à Mandaue (Cebu)

Au sein de toutes ces activités, quelles sont plus particulièrement tes missions ?

Depuis que je suis arrivée aux Philippines, je suis en charge d’un grand partenariat dont E&V fait partie au même titre que la Coopération Néerlandaise, l’opérateur d’eau de la ville de Cebu (MCWD) et la Croix Rouge.

Le rôle d’E&V au sein de ce partenariat est de fournir en eau les quartiers les plus défavorisés de l’agglomération de Cebu en construisant un réseau d’eau et en mettant en place un système de paiement adapté aux populations, ainsi que toutes les activités de formation à la lutte anti-incendie, de sensibilisation à l’hygiène et à la gestion des déchets, et d’assainissement. Je suis donc en charge des relations avec les partenaires du projet, des prospections afin de trouver ces nouvelles zones dans lesquelles E&V agira et de la supervision des ouvertures de zones et de nouvelles branches de l’entreprise sociale, tant côté RH avec les recrutements qu’administratif avec la sécurisation des permis et les relations avec les autorités locales.

Après le Bangladesh, comment s’est passée ton intégration aux Philippines ?

Mon intégration sur place s’est très bien passée ! Bien sûr, il a été compliqué de quitter un pays comme le Bangladesh que j’ai adoré et qui est tellement prenant qu’il ne peut pas laisser indifférent, et d’arriver aux Philippines où tous mes repères ont été bouleversés tant ce pays est différent de tous ceux que j’avais pu voir avant. Les Philippines sont un pays très américanisé et où il est peut-être difficile de percevoir leur aspect culturel propre à première vue quand on reste dans les grandes villes. Cependant, après quelques temps passé ici, on se rend vite compte à quel point ses habitants sont fondamentalement différents des Américains ou Européens. L’adaptation aux habitudes, façons de faire et de penser des Philippines et Philippins est vraiment intéressante et essentielle afin de bien vivre et travailler ici.

Pour toi, que signifie l’interculturalité ? 

Vivre dans des pays aussi différents de la France que sont le Bangladesh et les Philippines permet de s’imprégner pleinement de leur culture locale et de mieux la comprendre.

Ça permet d’apprend des tas de choses sur soi-même et les autres qu’on ne trouverait jamais dans les livres, à la télé ou même sur internet.

Travailler et vivre en interculturalité sont toujours des défis à relever mais surtout une expérience personnelle et professionnelle incroyable et vraiment enrichissante à tous les niveaux !

Après 6 mois sur place, quel bilan personnel et professionnel tires-tu ?

Un bilan très positif ! Sur le plan professionnel je développe de nouvelles compétences et évolue au sein de l’entreprise sociale après avoir vu le côté ONG au Bangladesh. Sur le plan personnel, je m’épanouie totalement : j’ai pu rencontrer des gens d’horizons totalement différents avec qui des liens forts se sont tissés, et j’ai également pu me faire mon petit cocon et mes petites habitudes à Cebu, tout en voyageant dès que possible à la découverte des Philippines, voire même des pays alentours.

Les Philippines sont un pays dans lequel il est facile de voyager et de rencontrer du monde. La gentillesse et l’hospitalité des Philippins n’ont pas d’égal et le pays regorge de paysages tous plus beaux les uns que les autres. L’aspect culturel et traditionnel peut néanmoins sembler beaucoup moins préservé et visible que dans de nombreux autres pays d’Asie, mais que les découvertes et la richesse des gens et des panoramas compensent aisément !

Un conseil pour celles et ceux qui hésiteraient à partir ?

Ne pas hésiter trop longtemps lorsque l’on a envie de partir et que l’on a trouvé une mission qui nous correspond ! L’expérience tant professionnelle que personnelle est vraiment très enrichissante et formatrice !

Témoignage publié le 08 mai 2018