Ary PAUGET, revenu du Bangladesh, nous raconte son expérience au sein de l’association Watever.


Un témoignage de Ary PAUGET
Volontaire de Solidarité Internationale


Passionné de voile depuis mon enfance, j’ai toujours voulu construire des bateaux.

Lors du salon nautique de Paris en décembre 2010, je me promenais dans les allées lorsque j’ai rencontré l’association WATEVER ainsi que Corentin De Chatelperron et son étrange bateau partiellement fait en toile de jute. Il revenait fraîchement de son périple en partance du Bangladesh pour la France. L’association Watever a pour objectif de mettre en place des solutions flottantes utiles pour les populations défavorisées vivant dans les zones côtières et fluviales du Bangladesh. C’est dans ce cadre que Corentin voulait monter son projet de recherche sur la création d’un nouveau matériau composite en fibre de jute. L’objectif étant d’utiliser cette ressource locale pour redynamiser cette industrie en déperdition dans le but de construire des bateaux pour les pêcheurs.

Trois mois plus tard, mon diplôme d’ingénieur en poche, je partais pour le Bangladesh dans le cadre de mon service civique, pour assister l’association sur la réalisation de ce nouveau renfort textile. Il aura fallu une année entière pour concevoir ce matériau, comprendre cette industrie et cette culture si différentes. Le Bangladesh est un pays pauvre mais loin d’être miséreux, le contact que nous avons eu avec les locaux a été d’une grande richesse et d’un grand dépaysement pour moi qui n’étais encore jamais sorti d’Europe.
Dans ce contexte favorable pour notre recherche, j’ai tout de suite accepté de poursuivre par un contrat de Volontaire de solidarité internationale d’un an. Nous avons alors entrepris la fabrication de notre tissu en concevant et réalisant le procédé de fabrication à partir des machines existantes des entreprises de jute du Bangladesh. J’étais en charge du montage du procédé de fabrication et de toute la partie technique ainsi que du relationnel avec les entreprises. L’établissement d’une coopération avec une entreprise locale n’a pas été de tout repos pour permettre notre installation au sein de cette entreprise témoin.

Nous avons, en parallèle de ce travail, réalisé une petite production du matériau pour construire un nouveau bateau utilisant intégralement notre tissu en jute comme renfort. L’objectif était alors de connaître mieux notre matériau du point de vue de sa mise en œuvre, de son coût et ainsi de tester en grandeur nature le produit pour en connaître sa longévité. Aujourd’hui, ce projet au sein de Watever est devenu l’association Gold of Bengal composé de jeunes ingénieurs et d’écoles de commerce toujours aussi enthousiastes et motivés.
Aujourd’hui, la chaine de production est sur le point d’être lancée et je souhaite pour ma part créer mon entreprise de fabrication d’objets en composite à base de ce renfort en fibre de jute, qui sera destiné aussi à l’industrie nautique (type mobilier pour ma part). Je serai alors l’un des clients de cette industrie qui je l’espère apportera un nouvel élan à cette richesse locale. Je suis fier aujourd’hui d’avoir contribué à ce projet qui m’a lui-même permis de me donner les moyens d’entreprendre.