Alejandra Boada, en Service Civique en Equateur, Fondation Ecuasol.


Un témoignage de Alejandra Boada


Tout a commencé quand, un double bachelor et un master en poche, je me suis rendue compte que j’avais besoin de changer d’air et de m’investir dans un projet inspirant.

J’étais impliquée depuis longtemps dans des projets sociaux et je voulais poursuivre dans cette voie. Néanmoins, les opportunités en Europe se faisaient rare. Pour travailler dans le secteur humanitaire, il fallait avoir un master et au moins deux années d’expérience professionnelle. Mais, même après 20 ans passés sur les bancs de l’école, je n’avais pas ce genre d’expérience.

Alors, quand j’ai entendu parler du Service Civique, j’ai sauté sur l’occasion. Ensuite, tout s’est enchaîné très vite. J’ai suivi une formation à la Guilde où, entre autres, j’ai assisté à une initiation aux premiers secours qui s’est avérée très utile sur le terrain. J’ai choisi cette mission d’appui à la communication au sein de la Fondation Ecuasol pour la richesse de ses projets, menés auprès des enfants des quartiers défavorisés de Quito.

Mon premier problème vous paraîtra peut-être banal : le contenu de ma valise ! En Equateur, les quatre saisons peuvent défiler en une journée. Avant mon départ, mes sentiments étaient partagés. D’un côté, j’étais excitée à l’idée de vivre dans un pays doté d’une telle biodiversité et de tels paysages et curieuse de découvrir les traditions d’un autre peuple. De l’autre, je me lançais dans l’inconnu, loin de ma famille et de mes repères. J’étais anxieuse à l’idée de devoir m’adapter à une nouvelle culture, un nouveau rythme, aux missions et aux collègues qui m’attendaient.

Aujourd’hui je suis heureuse d’avoir pris cette décision. J’habite à la Roldos, un des quartiers défavorisés du Nord de Quito, en colocation dans une grande maison très conviviale.  Mes journées à la Fondation sont très variées. A part les activités courantes d’actualisation des réseaux sociaux et du site internet, il y a parfois des projets plus originaux. Par exemple, ce mois-ci nous avons reçu deux volontaires pour un projet de court-métrage, que nous avons réalisé avec l´aide des enfants. Avec leur imagination illimitée, nous avons créé une histoire, la mise en scène, les personnages, etc. Finalement, ils ont été les protagonistes du film.  De vrais acteurs et actrices ! Les enfants ont ainsi la chance de participer à de nombreuses activités qui vont des ateliers de cirque jusqu´au cours de Taekwondo.

Ces derniers mois ont été très formateurs et ont renforcé mes valeurs. Les enfants, la Fondation, mes collègues et ce pays m’enrichissent chaque jour. Lorsque je suis entourée de leur dynamisme et de leur joie, je me rends compte qu´avec de l’énergie et une bonne ambiance, tout est possible !

Cette expérience m´a donné envie de continuer à voyager, et découvrir de nouvelles cultures. Par cet article, j’espère vous avoir donné l’envie de débuter votre propre aventure !

 

Alejandra Boada

 Engagée de Service Civique en Equateur,
Fondation Ecuasol
www.ecuasol.org