Soutenir le Liban

L'objectif de la Guilde au Liban est double : appuyer les partenaires historiques et construire de nouveaux partenariats. Le pays en a besoin.

Un article de Lucie Predinas


A l’agonie depuis de longues années, le Liban a passé un nouveau stade dans la déliquescence à l’automne 2019. Politiquement, financièrement, la situation est extrêmement compliquée. Et les mesures drastiques prises pour lutter contre la propagation contre le COVID-19 n’arrangent en rien la situation, impactant plus durement encore la société civile. La Guilde, engagée avec ses partenaires locaux depuis de longues années, ne peut rester insensible à cet état de faits. Elle souhaite s’investir plus en avant, pour soutenir ses partenaires et pour développer ses efforts d’accompagnement des projets de terrain.

Aujourd’hui, le Proche-Orient accueille moins de 10 % des volontaires effectuant un Service Civique à l’International. L’objectif de l’Agence du Service Civique, partagé par la Guilde, est de bâtir un Service Civique International riche et varié, déployé sur l’ensemble des continents. Une mission de terrain a donc été organisée par le Pôle Service Civique de la Guilde début mars 2020, pour rencontrer les quatre volontaires et leurs structures d’accueil, mais aussi pour aller à la rencontre de nouveaux partenaires éventuels.

Parmi ces nouvelles demandes, l’IECD, partenaire de longue date de la Guilde sur le Volontariat de Solidarité Internationale, souhaite accueillir des jeunes en Service Civique pour des missions de 12 mois dans les établissements scolaires libanais, afin de faciliter la scolarité des élèves inscrits dans des filières techniques ou professionnelles (session d’aide aux élèves en difficulté, activités ludiques, préparation à la vie active professionnelle…). Nous mettons tout en oeuvre pour que cette mission soit lancée au plus tôt.

Contact a aussi été pris avec les responsables de la réserve naturelle des cèdres du Chouf, aux confins de la montagne du Barouk. Leur objectif : préserver la flore et la faune de cette zone, tout en sensibilisant les jeunes Libanais à cette nature de plus en plus fragilisée. Les missions touchant à l’environnement n’étant pas, à l’heure actuelle pour la Guilde, les plus nombreuses, notre action pour leur développement doit être renforcé dans les années à venir.

Enfin, la Guilde a rencontré les quatre volontaires engagés auprès du SESOBEL, centre d’accueil de jour pour enfants en situation de handicap, avec lequel elle entretient déjà un partenariat de longue date. Après avoir accueilli pendant des années des jeunes en mission de bénévolat via la Guilde pour des courtes durées, le SESOBEL nous a fait confiance et, dès 2017, a souhaité s’investir encore plus profondément pour que le volontariat se développe au Liban. Chaque année, ils accueillent cinq jeunes Français en leur proposant, par l’intermédiaire de la Guilde, des contrats de neuf mois pour des missions auprès des enfants du centre, mais aussi une immersion et une compréhension de la culture et de la vie au Liban. Leurs retours positifs sont unanimes et les jeunes ressortent avec un regard nouveau sur le handicap, enrichis d’alternatives thérapeutiques pour accompagner ces enfants au quotidien.

Notre objectif pour les mois à venir est double : appuyer nos partenaires actuels dans la consolidation de leurs structures, et offrir à de nouvelles structures libanaises la possibilité d’accueillir des jeunes motivés sur leurs projets de solidarité, d’éducation ou d’écologie.