Numérique et développement : de nouveaux leviers pour les ONG et les bailleurs

Une interview de Thierry Barbaut pour ID4D, le blog de l'Agence Française de Développement

Un article de


Expert en stratégie digitale, communication et nouvelles technologies, Thierry Barbaut a travaillé quinze années dans le secteur du développement associé au numérique en Afrique. En 2013, il a rejoint l’Agence des micro-projets, un programme de l’ONG La Guilde, comme responsable numérique et communication et y a lancé un programme de dématérialisation. Thierry Barbaut est persuadé de l’impact majeur des nouvelles technologies dans l’aide au développement.

 

Qu’est-ce que la dématérialisation ?

C’est le fait de passer du papier au numérique. Cela permet de capitaliser les données, de les cartographier, de les trier, de les traiter, de les analyser, de les conserver.

Les nouvelles technologies et la dématérialisation sont un levier global du développement. Le numérique apporte la clé dans des domaines aussi variés que l’eau, l’agriculture, l’éducation, l’environnement, l’énergie. Il y a des applications très simples qui peuvent se révéler capitales en termes d’accès au droit, comme par exemple, lorsqu’on numérise un acte de naissance ou un document foncier avec l’appareil photo d’un smartphone.

Aujourd’hui, dans le domaine des solidarités, seules les grandes ONG et les bailleurs de fonds importants ont des systèmes dématérialisés, en général plutôt complexes. À l’AFD, par exemple, le processus de dématérialisation est en cours. Les petites ONG disposent de quelques outils numériques mais souvent limités. Pour une demande de subvention, le candidat doit en général imprimer le dossier, le compléter, y ajouter divers documents et l’envoyer par courrier. Le traitement de toutes ces données demande des moyens énormes.

 

Qu’a réalisé l’Agence des micro-projets dans ce domaine ?

En 2014, nous avons entièrement numérisé notre interface d’appel à projets. Jusque-là l’Agence des micro-projets recevait annuellement une centaine de candidatures par la poste, avec des formats papier tous différents. Seuls une quarantaine de projets étaient financés chaque année. Aujourd’hui, le processus de dépôt de projet se fait entièrement en ligne.

Le candidat est guidé dans un cheminement en onze étapes. Dès les premières pages, il coche des critères d’éligibilité et sait tout de suite si ça vaut le coup de continuer ou non. Il décrit son projet et ses partenaires en ligne et joint toutes les pièces nécessaires. Des tutoriels sont disponibles pour le guider étape par étape.

La sélection et la validation par un jury se fait aussi en ligne. La dématérialisation nous a permis de gagner en expertise : nous faisons désormais appel à 150 spécialistes internationaux, qui, en se connectant à la plateforme, instruisent commentent et valident les candidatures à distance.

Ce gain d’efficacité permet aujourd’hui à quatre personnes de piloter 900 projets par an, d’en instruire 600 et d’en financer une centaine qui seront ensuite accompagnés tout au long de leur cycle de vie.

Sur notre site, nous avons aussi créé une plateforme de financement participatif. Chaque projet doté par l’Agence des micro-projets peut facilement collecter des fonds complémentaires par le biais de dons de particuliers par carte de crédit.

Les évaluations de terrain sont également disponibles en ligne. Les porteurs de projets sont immédiatement informés par e-mail et reçoivent toutes les décisions et bilans à distance, dans des délais très courts.

Enfin, des bailleurs de fonds partenaires et des fondations ont rejoint notre plateforme. Ainsi, un même dossier constitué en ligne peut être déposé auprès de divers financeurs. La capitalisation des données permet un partage colossal qui entraîne une économie énorme de temps et de ressources humaines énorme.

 

Quels sont les autres avantages du numérique pour les projets de développement ?

La dématérialisation permet surtout l’accès à l’information pour tous. Avant, les gens avaient le sentiment que tout était trop compliqué et renonçaient.

Les candidats ne perdent plus de temps à envoyer des dossiers à des fondations dont ils ne remplissent pas les critères d’éligibilité. Ils le savent tout de suite. Cela évite beaucoup de déception !

La dématérialisation apporte également beaucoup de transparence aux bailleurs et au grand public quant à l’allocation des financements. Le suivi des projets renforce le capital confiance.

Cela permet également l’extraction, l’analyse et le tri des données. Elles sont cartographiées et en sont tirées des études, des fiches de bonnes pratiques. Un bailleur peut ainsi facilement observer ce qu’il se passe sur le terrain, en fonction des pays, des thématiques.

Enfin, les avantages sont majeurs en termes de communication, notamment grâce aux outils de partage sur les réseaux sociaux.

Lire la suite sur ID4D…