Stage : Rôle et place de la femme dans les systèmes de production piscicoles

Descriptif :

La République du Congo est l’un pays ayant l’une des plus fortes consommations de poissons en Afrique centrale (26,5 kg/personne/an en 2014, d’après la FAO). Mais cette forte demande n’est couverte que grâce aux importations de produits congelés ou transformés tels que le hareng, la sardine, etc.

Depuis 2016, l’APDRA, propose dans ce pays un modèle de pisciculture extensive qui a fait ses preuves dans divers pays africain (Oswald, 2012) et se développe rapidement dans les zones d’intervention du projet.

Actuellement, l’un des grands foyers de développement de cette pisciculture se trouve sur les plateaux entourant Mouyondzi, principalement peuplés par le groupe ethnique Bembé (ou Beembe).

Les Bembé, dont la population s’étend le long de la vallée du Niari, sont côtoyés au sud par les Badondo – Bakamba (Madingou, Boko-Songho) et au nord par les Teke et les Laali (Sibiti). Les Bembé sont reconnus au niveau national pour leur forte capacité de production agricole. Cette prospérité, constatée par P.S. De Brazza à la fin du XIXe siècle (Dupré, 1985), demeure jusqu’à nos jours et ne saurait se maintenir sans l’implication des femmes dans ce domaine. En effet, impliquées à plus de 60 % dans les travaux de production, les femmes constituent l’épine dorsale de l’économie rurale au Congo en produisant près de 80% des denrées (African Development Fund, 2008).

Aujourd’hui, les femmes chefs d’exploitation se lançant dans la pisciculture restent très rares. Cependant, au sein du ménage agricole, elles semblent avoir un impact fort dans la prise de décision, par le chef d’exploitation, d’adopter le modèle de pisciculture proposée par l’APDRA. Dans la région des plateaux Bembé, de nombreuses observations ont ainsi été faites quant à l’importance de l’avis des épouses dans la réalisation d’un investissement agricole conséquent, tel que l’installation d’un étang piscicole.

  1. Objectifs du stage

Le stage a pour objectif d’étudier l’implication des femmes Bembé de Mayalama (sous-préfecture de Mouyondzi) dans le fonctionnement de la communauté et leur implication dans les processus de prise de décision des ménages pour la conduite d’activités génératrices de revenus en général, et d’activités piscicoles en particulier. Une analyse de l’implication des femmes dans le système agricole familial en général et le système piscicoles en particulier est aussi attendue.

Plusieurs axes d’étude sont proposés :

  • Contexte sociologique des Bembés dans la zone de Mayalama

Il est attendu à l’issue de ce stage une meilleure compréhension du fonctionnement des familles Bembé et du rôle de la femme au sein de cette structure. L’évolution des « normes » autour des activités assignées, des mœurs et des comportements « autorisés » dans la société Bembés de Mayalama, seront également consignés. Le but est ici de mieux connaître les rôles et statuts des femmes, ainsi que leurs évolutions au fil du temps.

 

  • Place de la femme dans le circuit décisionnel du noyau familial

Le stagiaire devra également étudier les différents aspects du circuit décisionnel lié à la femme. En particulier, l’organisation de prise de décision au sein de la famille (vie quotidienne, cérémonies, etc.) et le pouvoir décisionnel de la femme dans le foyer. L’étude cherchera aussi à identifier la légitimité, pour les femmes, de développer des activités de façon autonome, sans l’implication d’autres membres de la famille.

 

  • Implications dans le système agraire

L’implication des femmes dans le système de production piscicole sera bien sûr étudiée : activités menées et facteurs explicatifs de l’implication / non implication aux différentes étapes de la production, retombées économiques, implication éventuelle dans les activités de commercialisation / transformation du poisson, etc. Un parallèle pourra être réalisé avec l’implication des femmes dans les autres activités agricoles pour bien comprendre la place de la pisciculture au sein du ménage.

 

  • Place de la femme dans la succession et l’accès au foncier

Pour mieux appréhender la place de la femme et sa capacité d’autonomie à développer des activités agricoles rémunératrices, la succession familiale et l’accès au foncier seront plus spécifiquement étudiés. La transmission de biens aux femmes (épouses, sœurs, tantes, nièces) au cours d’un héritage et la place de la veuve et de l’orpheline dans la famille et dans la société seront à développer.

 

  • Rôle des organisations féminines

Une analyse du rôle et du fonctionnement des organisations féminines dans les sociétés bembés est aussi demandée. Ce dernier point cherchera à mieux affiner les possibilités d’implication de ces groupes de femmes dans l’investissement piscicole et/ou dans l’écoulement des produits.

La méthodologie employée pour l’étude, devra être développée avec l’équipe de projet de façon à faciliter son adaptation à l’étude des autres zones d’intervention du projet RECAFIP. Des enquêtes seront menées auprès des pisciculteurs travaillant avec l’APDRA et des membres de la famille proche. Des entretiens avec des autorités locales et des personnes ressources, jouant un rôle majeur dans l’organisation sociale, seront aussi réalisés.

Mission :

L’étude sera réalisée au Congo, dans le département de la Bouenza, et plus spécifiquement dans les zones d’intervention du projet. L’étudiant/e sera localisé/e à Mayalama, où il/elle pourra synthétiser ses observations de terrains et rédiger son mémoire de stage. Cette implantation sur le terrain permettra à l’étudiant/e pourra mieux s’approprier le fonctionnement de cette communauté.

La durée du stage est de six mois à partir d’avril 2019.

Personnes ressources

Les personnes ressources sur le terrain seront :

  • Louise Plottet, Chargée de Suivi Evaluation

Profil du candidat

Formation :

  • Master 2 (Ecole et/ou Université européenne), en sociologie ou anthropologie exigé, avec une formation en agronomie souhaitée

Expérience :

Intérêt pour la thématique genre

Langues :

Français

Connaissance de langue locale sera appréciée

Qualités requises :

  • Compétences indispensables :
  • Aptitude au travail de terrain et en équipe
  • Connaissances ou expériences en Afrique Centrale
  • Aptitude au travail autonome ;
  • Capacités d’écoute, rigueur ;
  • Capacité de synthèse et rédactionnel
  • Capacité à vivre en zone reculée

Autres :

  1. Prise en charge du stagiaire

L’ensemble des frais de terrain (aller-retour Brazzaville ou Pointe Noire et déplacements dans le pays, logement à Madingou) seront pris en charge par le projet. Une indemnité forfaitaire sera versée à l’étudiant.

  1. Résultats et livrables attendus

Les résultats et conclusions de la mission seront consignés dans un rapport qui sera transmis au responsable du projet à la fin du stage.

Conditions :

Pour postuler :

Veuillez adresser votre CV et LM à d.bambara@apdra.org  l.plottet@apdra.org  avant le 30 Avril 2019 en notant dans le sujet du mail la référence suivante : Candidature Stage Genre Congo.


Nos offres de mission similaires

Aucune mission disponible