L’Œuvre d’Orient, une action en faveur de l’éducation et de l’aide sociale.

Entretien avec Tiphaine et Philippe, du pôle Jeunes de l’Œuvre d’Orient.

Un article de Aurélie Colladon


La Guilde a conclu un nouveau partenariat avec l’Œuvre d’Orient, pour l’envoi de Volontaires de solidarité internationale (VSI) au Moyen-Orient. Les six volontaires de la première promotion viennent de partir au Liban, en Israël, en Irak et en Jordanie.

 

Quel est le but de L’Œuvre d’Orient?

Créée en 1856 par des professeurs de la Sorbonne, l’Œuvre d’Orient, initialement l’Œuvre des Ecoles d’Orient, est une association française d’Eglise entièrement dédiée au soutien des chrétiens d’Orient. Sous la direction de Mgr Pascal Gollnisch, elle finance chaque année plus de 1 500 projets menés par 400 communautés et institutions catholiques qui interviennent auprès de ceux qui en ont besoin, sans considération d’appartenance religieuse. Les trois principales thématiques sur lesquelles l’Œuvre concentre son action sont l’éducation, les soins et l’aide sociale, ainsi que l’action pastorale.

 

Plus concrètement, quelles sont les actions menées par l’Œuvre d’Orient ?

L’Œuvre d’Orient entretient des liens forts avec les communautés catholiques orientales dans 23 pays du Monde Arabe et d’Europe de l’Est. Dans ces pays, les communautés chrétiennes sont souvent déclassées, opprimées, voire martyrisées… et cela malgré leur action déterminante en matière d’éducation et d’action sociale, pour le dialogue et la paix.

L’Œuvre d’Orient leur adresse des aides financières pour leurs programmes de développement, de construction d’hôpitaux, de dispensaires, d’écoles, de centres de dialogue, etc. Plus de 400 000 élèves reçoivent ainsi un enseignement en français grâce aux écoles des communautés religieuses ouvertes à toutes les populations quelle que soit leur foi. Une centaine d’hôpitaux et de dispensaires ainsi que de très nombreuses colonies de vacances sont tenus par les communautés soutenues par l’Œuvre.

Les fonds qui leur sont adressés proviennent de dons et legs de très nombreux donateurs sensibles à la cause des chrétiens d’Orient.

 

Comment est né le pôle Jeunes de L’Œuvre d’Orient ?

En janvier 2017 a été lancé le pôle Jeunes de l’Œuvre d’Orient dont l’une des principales missions est d’envoyer des jeunes volontaires (20-30 ans) vers les communautés des pays avec lesquels nous avons des liens historiques et qui ont besoin de volontaires en complément de l’aide financière que l’Œuvre leur adresse. Nous avons également pour objectif de faire connaitre la situation, la culture et l’histoire des chrétiens d’Orient auprès des jeunes en France.

 

Pourquoi avez-vous décidé de faire appel à des VSI ? De quelle manière vont-ils contribuer à vos projets ?

L’Œuvre a voulu prolonger son aide financière en envoyant des volontaires, notamment des jeunes formés, pour répondre aux besoins des communautés. C’est ainsi que des infirmières, des médecins, des étudiants de cycle supérieur partent au service de ces communautés qui, en retour les transforment sur un plan humain et spirituel. Les témoignages de ceux qui ont passé du temps dans ces communautés nous permettent par ailleurs d’assumer notre mission de relai d’information sur le sort de ces chrétiens – plus spécifiquement de ceux d’Irak, de Syrie, d’Egypte. Ces relations humaines nous rapprochent de ces communautés et renforcent les liens que l’Œuvre entretient avec elles depuis 160 ans.


Noël avec les réfugiés au Kurdistan Irakien
(Crédit photo : l’Oeuvre d’Orient)

C’est donc un quadruple objectif que remplit cette action d’envoi des volontaires : aider les communautés, rapprocher l’Œuvre des chrétiens d’Orient, transformer les volontaires et témoigner de la situation qu’ils ont vécue auprès d’un large public.

Noël avec les réfugiés au Kurdistan Irakien
(Crédit photo : l’Oeuvre d’Orient)

Quel est le profil des volontaires que vous recherchez ?

Nous envoyons actuellement majoritairement des étudiants en césure ou en fin d’études ; ils sont ingénieurs, professeurs, infirmières ou médecins, techniciens, etc. Dans les prochaines années nous rechercherons davantage de jeunes professionnels, de personnes parlant arabe et de formateurs dans le domaine de la santé.

 

Quelles sont vos perspectives dans les pays d’envoi des VSI ?

Le développement du pôle Jeunes et de l’envoi de volontaires va se poursuivre, en s’appuyant sur l’expérience de le première promotion actuellement en mission. Il dépendra aussi du besoin exprimé par les communautés : les missions des volontaires doivent se situer dans des actions en profondeur et répondre à de réels besoins (enseignement, médical, conduite de projets, actions pastorales).

 

Plus d’informations sur : https://www.oeuvre-orient.fr/