Les livres de la compétition 2017

Sélectionnés pour la Toison d'or du livre d'aventure vécue

Un article de Cléo Poussier-Cottel


Livre Au détour du CaucaseAu détour du Caucase – Conversation avec un cheval de Clara Arnaud, Éditions Gaïa, juin 2017.
Voyager, ce n’est pas « faire le Caucase » , c’est s’y jeter comme dans une rivière tumultueuse et se laisser porter, maltraiter, essorer. Loin de toute performance, loin des lignes droites tracées sur une carte.
Pourquoi choisir les chemins de traverse, s’engager dans les replis accidentés du Caucase  ?
À pied, en compagnie d’un cheval, Clara Arnaud parcourt l’Arménie et la Géorgie, sillonne les montagnes et les plateaux, revient à l’essentiel. Au rythme de la marche, les pas claquent, ceux du cheval répondent, et la pensée chemine, loin de la cacophonie et de l’urgence du monde.

 

Livre Hautes solitudesHautes Solitudes, sur les traces des transhumants de Anne Vallaeys, Éditions de la Table Ronde, avril 2017.
« Des heures durant, tel l’explorateur de salon penché sur sa mappemonde, j’ai consulté les cartes d’état-major, m’efforçant de décrypter l’improbable tissage de courbes, de maillages, de treillis hachurés. Parcourant de l’index les anciens lits du Rhône, rive gauche, rive droite, je me suis égarée dans les canyons du Verdon, faufilée dans les méandres d’Asse et de Bléone, estimant la taille des sommets, les cols d’altitude…
L’inévitable s’imposa : il fallait confronter mes lectures et mes observations géographiques de bric et de broc aux modèles réels, au dessin des paysages. Ressentir la trace sous les pas, éprouver la terre à mes pieds, la caresser des yeux, pour de vrai. Donner forme, réalité, épaisseur et continuité à la Grande transhumance, cette épopée « fille des montagnes ».
Lever l’ancre, hisser la voile. Simplement. Marcher aussi loin que possible, au rythme des heures puisqu’ici les kilomètres n’ont aucun sens. Emprunter un fil de crête, quand, d’un hasard l’autre, les éléments basculent, quand l’équilibre, le ciel l’imposent. Alpes, nourrices des Provences. Savourer cette orgie de lieux-dits, de mythes et de légendes.
Puis, le reste, tout le reste. Teintes, couleurs, l’eau, l’air, les arbres… »
Anne Vallaeys.

 

Livre Objectif SoleilObjectif Soleil – L’aventure Solar Impulse de Bertrand Piccard et André Borschberg, Éditions Stock, février 2017.
On les avait crus fous quand ils ont parlé de leur projet, et pourtant ils ont réussi l’impossible : accomplir le premier tour du  monde en avion solaire. Suivis par des millions de supporters, Bertrand Piccard et André Borschberg ont parcouru 43 000 km sans une goutte de carburant. En treize ans d’espoirs et de doutes,  de succès et de revers, ils n’ont jamais cessé de croire à la force de leur rêve.
Ce livre est leur histoire, une ode à l’esprit pionnier. Le destin  de deux hommes très différents, leur amitié et leur rivalité. Comme il n’y avait qu’un seul siège dans l’avion, ils ont dû apprendre à partager – les vols, les efforts, les larmes et la gloire.
L’énergie solaire les a portés. L’aventure humaine emportera  le lecteur dans les émotions d’un rêve à la Jules Verne au service  d’une meilleure qualité de vie sur cette planète.
Lorsque Solar Impulse achève son tour du monde à Abou Dhabi, le 26 juillet 2016, Bertrand Piccard et André Borschberg entrent dans la légende.

 

Livre Robinson des glacesRobinson des glaces – Une aventure au bout du monde pour sauver la planète d’Emmanuel Hussenet, Éditions Les Arènes, mai 2017.
Le guide polaire décrit son expédition dans la mer de Lincoln en kayak de mer pour promouvoir ses projets pour l’île Hans. Il milite pour que cet îlot, revendiqué par le Canada et le Danemark, devienne un espace universel et soit utilisé comme support d’un système de retenue des glaces de mer en vue de favoriser la reconstitution de la calotte glaciaire du Groenland.

 

Livre Seul au mondeSeul au monde de Sébastien Destremau, Xo Éditions, juin 2017.
J’ai 52 ans, cinq enfants, et un bateau avec lequel j’ai fait le tour du monde. Pour participer à cette aventure du Vendée Globe, j’ai tout cédé, tout sacrifié, tout vendu. Aujourd’hui, je ne possède rien, ni carrière, ni chez-moi. Mais j’ai peut-être conquis le bien le plus précieux : ma liberté. De l’Atlantique aux mers du Sud, je n’ai pas doublé grand monde, mais je me suis dépassé chaque jour, chaque nuit, chaque heure, presque chaque minute. Il ne passera pas l’équateur… , avançaient les plus optimistes. Finalement, je l’ai passé. Dans les deux sens. Et aussi le cap de Bonne-Espérance, le cap Leeuwin, le cap Horn, ce caillou mythique où tant de marins ont englouti leurs rêves. Le mien a survécu. Je sais enfin ce qu’est devenu l’enfant qui s’était juré de briser l’injustice et d’épater les siens. De là-haut, je suis sûr que mon père, avec qui ce fut si difficile quand j’étais petit, me regarde. Peut-être même est-il étonné… Le livre de Sébastien Destremau n’est pas l’histoire d’une course, c’est l’histoire d’une vie. Dix-huitième et dernier à avoir franchi la ligne d’arrivée aux Sables-d’Olonne, le 11 mars 2017, celui qui n’avait jamais fait une course en solitaire a remporté une formidable victoire sur lui-même.

 

Pour revenir au menu principal du Festival cliquer sur l’image ci-contre :