Du Cambodge au Sénégal, le cirque comme outil d’insertion sociale et professionnelle

Rencontre avec le Collectif Clowns d’Ailleurs et d’Ici (CCAI), nouveau partenaire du pôle VSI de La Guilde

©SenCirk

Un article de Aurélie Colladon, coordinatrice VSI


Première volontaire du CCAI avec La Guilde, Amandine vient de s’envoler pour le Sénégal, pour une mission d’un an. Laura Petit, de l’équipe du siège, répond à nos questions.

Comment est né le Collectif Clowns d’Ailleurs et d’Ici (CCAI) ?

Le Collectif Clowns d’ailleurs et d’ici est né d’une rencontre entre des artistes circassiens français et l’école Phare Ponleu Selpak (PPS) au Cambodge. Les objectifs de cette école étaient à l’époque d’accueillir des jeunes réfugiés du génocide Khmer Rouge et de les aider à surmonter les traumatismes de la guerre et de la vie en camp, par l’expression et par l’art.

Le collectif Clowns d’ailleurs et d’ici s’est constitué quelques mois après cette première rencontre, en 2002, à la demande de Det Khuon, directeur de l’école de cirque de PPS, qui souhaitait s’entourer de partenaires sur la formation et la structuration de l’établissement.

Quel est le but de CCAI?

Le Collectif clowns d’ailleurs et d’ici a pour but de promouvoir un cirque social, multiculturel, luttant pour l’égalité des chances et contre les discriminations sociales, qui permet à des publics de participer, par la pratique artistique, au développement durable de zones marginalisées. Depuis sa création, le CCAI s’articule autour d’un projet d’échange et de solidarité internationale de dimension culturelle, sociale et éducative.

©SenCirk

Afin de remplir ses objectifs, le CCAI a pour mission l’accompagnement au développement des structures, l’amélioration des conditions de vie, et la professionnalisation des artistes. L’intervention du Collectif est structurée autour de quatre axes :

  • l’aide à la création des spectacles (coproductions, co-mises en scène, accueils en résidence, etc.) ;
  • l’aide à la diffusion (organisation de tournées en Europe) ;
  • la formation des élèves de l’école de cirque et des enseignants (technique de cirque mais aussi de pédagogie ou de techniciens du spectacle) ;
  • l’accompagnement à la structuration.

Le Collectif s’est construit en un réseau composé de professionnels issus de différents domaines artistiques (arts du cirque mais aussi musique, danse, théâtre…) et de différents métiers (artistes interprètes, metteurs en scène, techniciens…), tous réunis par l’envie de transmettre, d’échanger, de co-créer avec des artistes d’autres horizons qui agissent en direction de populations défavorisées.

Plus concrètement, quelles sont les actions menées par CCAI sur le terrain ?

©SenCirk

Après 15 ans de partenariat, Phare Ponleu Selpak est désormais solide et autonome. C’est pourquoi le collectif se tourne en 2018 vers de nouvelles écoles à accompagner. Parmi les nouveaux projets, l’école SenCirk au Sénégal a particulièrement retenu notre attention.

SenCirk’ est à la fois une compagnie professionnelle composée d’artistes circassiens et une école de cirque social. La compagnie, née en 2006, était à sa création, la première compagnie de cirque sénégalaise. Elle rassemble aujourd’hui 10 artistes circassiens. Tous âgés de moins de trente ans, ce sont eux qui ont initié SenCirk’. L’école, créée en 2010, utilise le cirque comme outil d’insertion sociale et professionnelle. Une grande partie de leurs activités sont en effet tournées vers les jeunes/enfants en situation de grande précarité (enfants des rues, jeunes filles/femmes victimes de violence…). Les ateliers de cirque, gratuits, ont lieu dans des ONG et centres d’accueil de Dakar. Au fil des années, SenCirk s’est considérablement renforcé. Aujourd’hui, l’école propose également une formation professionnelle qui accueille une vingtaine de jeunes (15-20 ans) et les prépare à des carrières professionnelles dans leurs disciplines choisies et à entrer sur le marché en tant qu’artistes professionnels.

Pourquoi avez-vous décidé de faire appel à des VSI ? De quelle manière vont-ils contribuer à vos projets ?

Les projets accompagnés par le CCAI manquent souvent de personnes formées à la gestion de projets culturels. Les équipes sont majoritairement composées d’artistes qui ont appris à gérer leur association sur le terrain et au jour le jour. Dans le cadre de son accompagnement, le CCAI propose aux projets un soutien à la structuration avec la mise à disposition de volontaires formés à l’administration/production/médiation culturelle. Les volontaires auront non seulement pour mission de mettre en place cette structuration (en créant des outils, en développant le réseau…) mais aussi de former les membres des structures qui le souhaitent à cette gestion.

Amandine LAVAL (à gauche), VSI à SenCirk’ ©SenCirk

Notre choix de travailler plus spécifiquement avec des volontaires s’expliquent aussi par le fait que nous souhaitons qu’il y ait un véritable échange avec les équipes locales, basé sur l’ouverture et la compréhension mutuelle. Les volontaires ne sont pas là pour imposer leur modèle, bien au contraire, il s’agira d’une adaptation constante entre les deux parties. Les volontaires ont cette envie d’échange interculturel et de coopération qui va bien au-delà du cadre de leur travail et qui apportent non seulement une vraie puissance à leurs actions, mais qui les inscrivent aussi durablement.­­­­­­

Quel est le profil des volontaires que vous recherchez ?

Lorsque nous recrutions notre premier VSI pour accompagner SenCirk, nous cherchions une personne capable de développer les activités génératrices de revenus de l’association. Il s’agissait donc plutôt d’un profil en économie sociale et solidaire, gestion de projets ou développement international.… Mais cela dépend évidemment des missions et des projets. De manière générale, nous cherchons des personnes enthousiastes et désireuses de rencontrer un pays et une culture différente.

Quelles sont vos perspectives au Sénégal?

A terme, nous souhaitons que les projets accompagnés soient en mesure de gérer par eux-mêmes les actions entreprises par le VSI aujourd’hui. Une partie réservée à la formation de l’équipe locale s’inscrit ainsi dans les fiches de poste de nos VSI. 

Pour plus d’information sur SenCirk’ : https://sencirk.wixsite.com/sencirk