Convergences 2016 : conférence sur les microprojets

Microprojets, incubateurs d'initiatives solidaires

Cécile Vilnet, coordinatrice de l'Agence des Micro projets

Un article de Thierry Barbaut


L’Agence des Micro Projets organisait une conférence lors du Forum Mondial Convergences 2016 à Paris.

Cette conférence a été l’occasion de mieux faire connaître l’AMP qui se définit comme le « centre ressources national d’accompagnement et de financement des petites et moyennes associations françaises de solidarité internationale ».

Le public était au rendez-vous puisque la salle était pleine et certaines personnes se sont installése à même le sol, prenant à la fois des notes et des photos.

spectateurs

 

 

Cécile Vilnet, coordinatrice du programme est revenue à la fois sur l’historique du dispositif et les missions actuelles qu’effectue l’Agence des Micro Projets tout au long de l’année : accompagnement, formation, financement, évaluation,  mutualisation, capitalisation.

Elle a notamment rappelé que les porteurs de projets peuvent désormais solliciter plusieurs bailleurs de fonds sur un seul et même dépôt de projet, ce qui représente un gain de temps considérable pour les petites associations. La session des Dotations d’Automne qui concerne toutes les thématiques de l’aide au développement et tous les pays éligibles au Comité d’Aide au Développement se clôture le 30 septembre.

Cécile Vilnet
Cécile Vilnet

 

Virginie Escudié, directrice du cabinet Led Expertise a détaillé les grands axes de son étude « Panorma des petites associations françaises de solidarité internationale ». Elle a souligné des éléments clefs sur l’impact et les enjeux des microprojets dans les pays bénéficiaires. L’étude dresse un profil type des petites associations françaises porteuses de microprojets de développement à l’international.

Elle met en avant leurs besoins et leurs attentes qui permet à l’AMP d’adapter son offre de services. Y sont également répertoriés les pays et les thématiques les plus touchés par les microprojets. L’étude est disponible en ligne dans la médiathèque de l’Agence des Micro Projets.

Virginie Escudié
Virginie Escudié

 

Damien Ricordeau, directeur de Finergreen, entreprise qui développe et finance des projets d’énergies renouvelables, a valorisé les financements multi-partenariats géré par l’AMP : financements publics (Agence Française de Développement), financements privés (entreprises qui participent à des sessions de dotations spécifiques, comme celle sur les énergies renouvalables) et financements de la société civile (à travers la plateforme de financement participatif www.microprojets.org qui permet d’abonder sur des projets expertisés et validés par l’AMP).

Damien Ricordeau
Damien Ricordeau

 

Francis Charhon, directeur de La Fondation de France de 1992 à 2016, a expliqué pourquoi la Fondation de France soutient l’AMP en tant que dispositif « tête de réseaux » : il est nécessaire de structurer le milieu associatif. Un point important a été évoqué par M. Charhon : les microprojets bénéficient de financements mais les associations qui les portent et les porteurs de ces microprojets doivent aussi bénéficier de financements structurels.

l est important de faciliter l’embauche de bénévoles en tant que salariés. Le coté « incubateurs d’initiatives solidaires » a aussi été mis en avant : les microprojets peuvent évoluer vers des mésoprojets ou donner naissance à de plus grandes structures.

Francis Charhon
Francis Charhon

 

Jean-Hugues Hermant, du réseau Projection a évoqué avec passion l’importance du développement des infrastructures sanitaires pour la gestion des excréments dans les pays en développement et surtout les grandes villes d’Afrique. M. Hermant explique qu’en moyenne plus de 95% de la population doit évacuer elle-même ses toilettes et ne bénéficie d’aucune infrastructure.

Avec son réseau, il a identifié plus de 200 « vidangeurs » informels rien qu’a Ouagadougou au Burkina Faso. L’accès à l’eau et à l’assainissement sont au cœur de ses actions sur le terrain et il en détallait les enjeux et les situations critiques rencontrées en Afrique.

jean-Hugues Hermant
jean-Hugues Hermant

 

Linda François de l’association APESE Haïti a porté un regard d’expert sur l’importance du partenariat entre l’association française et le partenaire local qui reste le maitre d’œuvre avec le savoir faire local et culturel. Mme François a insisté sur le rôle de l’association française qui au-delà de rechercher des partenaires et du financement va régulièrement sur le terrain pour gérer les relations avec le partenaire local et renforcer ses capacités.

C’est cette relation de proximité qui est l’une des clefs de la réussite des microprojets : il est nécessaire de ne pas importer un projet pensé en France mais bien laisser le partenaire local exprimer ses besoins.

Linda François
Linda François

 

Thierry Barbaut, responsable Internet et communication