L’Agence des Micro Projets, un incubateur d’initiatives solidaires

Interview de Cécile Vilnet, coordinatrice de l'AMP

Un article de Cécile Vilnet


« L’Agence des Micro Projets est un incubateur d’initiatives solidaires, pouvez-vous nous en dire plus ? »

L’Agence des Micro Projets (AMP) accompagne depuis plus de 30 ans des milliers de petites associations françaises de solidarité internationale qui mènent des projets à travers le monde sur différentes thématiques (éducation, eau, santé, agriculture, environnement, droits de l’homme…).

Les microprojets sont reconnus pour leur pertinence et leur validité sur le terrain : une coopération de proximité, un coût global faible, un impact géographique à petite échelle et un éventuel caractère innovant et réplicable. A l’opposé de tout misérabilisme les microprojets s’inscrivent dans une vision dynamique des initiatives portées par les organisations du Sud.

L’exemple du projet « Opération handicap international » financé en 1983, et qui deviendra plus tard l’association Handicap International, montre bien l’intérêt de donner à des microprojets une première impulsion grâce à laquelle les petites associations peuvent acquérir une vraie légitimité.

Mais la multiplication des initiatives des petites associations de solidarité internationale engendre un manque de lisibilité et dans certains cas une suspicion. C’est pour cette raison que se sont développées au fur et à mesure des années les missions de l’AMP. Centre ressources national, l’AMP est un programme de l’ONG La Guilde et a pour rôle d’accompagner et de financer la réalisation de microprojets à l’international. Elle se définit comme incubateur d’initiatives solidaires. Près de 500 demandes de financements par an sont réceptionnées et une soixantaine sont retenues.

  • « Quel est votre rôle au sein de l’association ? »

En tant que coordinatrice du programme de l’AMP, je m’assure du bon déroulé des activités et je supervise une équipe de 3 personnes en charge de l’octroi des financements, de la capitalisation des expériences et de la communication.

Nous assurons les missions de l’AMP : appuyer les porteurs de projets dans leur démarche solidaire, au niveau méthodologique et au niveau financier.

L’AMP propose des moyens méthodologiques à travers des entretiens individuels et des formations. Ces dernières permettent aux associations de renforcer leurs capacités et de présenter leurs projets de manière plus « professionnelle ». C’est aussi l’occasion d’échanger avec d’autres participants dans le cadre d’une mutualisation des expériences. L’appui méthodologique se traduit également par la mise à disposition de documents dans une médiathèque accessible en ligne : fiches pratiques, guides méthodologiques, études, revues…La capitalisation des expériences est en outre nécessaire pour s’inspirer des bonnes pratiques et éviter de tomber dans l’écueil des mauvaises pratiques.

L’AMP finance par ailleurs la réalisation de microprojets de solidarité internationale grâce à des subventions qui vont jusqu’à 15 000 € par projet. Plusieurs thématiques de l’aide au développement : éducation, accès à l’eau, agriculture, santé, environnement, droits de l’homme…Chaque association qui dépose un dossier en ligne reçoit un avis personnalisé : points positifs, points de vigilance et recommandations. Les projets lauréats sont par ailleurs valorisés sur une plateforme de dons en ligne www.microprojets.org qui permet au grand public d’abonder sur des bons projets en recherche de compléments financiers. Ces projets sont géolocalisés et peuvent être triés par continent, pays, thématique et région d’implantation en France de l’association. Le but est de partager les différentes expériences de solidarité qui sont menées à travers le monde.

  • « Quels sont les besoins et objectifs de votre association ? »

L’AMP est soutenue par l’Agence Française de Développement. Grâce à l’AFD, 600 000 € par an sont distribués à des petites associations françaises oeuvrant à l’international, en lien avec des partenaires locaux. Environ 60 associations par an reçoivent une subvention. Mais l’AMP est victime de son succès : les fonds alloués aux ONG ne sont pas suffisants dans la mesure où un certain nombre de bons dossiers ne peuvent pas être soutenus par manque de financement disponibles. L’AMP cherche donc à diversifier ses sources de financements pour pouvoir aider un plus grand nombre de projets. Elle est en recherche de partenaires qui souhaiteraient soutenir une session de Dotations, une thématique ou une zone géographique particulière. Exemple : la session « énergies renouvelables » lancée lors de la COP21 avec 3 PME et le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Les entreprises bénéficient de l’expertise de l’AMP dans la sélection de projets. Elles peuvent ainsi valoriser auprès de leurs employés et du grand public le soutien qu’elles apportent à ces projets. Le suivi et l’évaluation de l’AMP confirment sa légitimité et son sérieux en tant que bailleur de fonds. Les associations qui souhaitent déposer une demande de financement n’ont plus qu’un seul formulaire à remplir en ligne et peuvent solliciter plusieurs bailleurs de fonds.

C’est un gain de temps considérable pour les associations et une assurance de la sélection de bons projets pour les partenaires de l’AMP.

Par ailleurs, l’AMP est toujours en recherche d’experts externes bénévoles pour instruire des dossiers de qualité sur des thématiques ou zones géographiques précises. En effet, chaque dossier reçu à l’AMP est instruit en interne par l’équipe et les dossiers pré-sélectionnés de qualité bénéficient d’une lecture externe bénévole avec des commentaires personnalisés.