Matinée d’échanges à l’Agence Française de Développement sur les microprojets

Tous les acteurs étaient réunis autour des microprojets à l’Agence Française de Développement le mercredi 12 décembre pour une matinée de restitution et d’échanges

Un article de Thierry BARBAUT


Les partenariats et le cycle de vie projet ont représenté les grandes thématiques de cette matinée

Tous les acteurs étaient réunis autour des microprojets à l’Agence Française de Développement le mercredi 12 décembre pour une matinée de restitution et d’échanges : associations françaises, bailleurs de fonds, fondations, fonds de dotations, entreprises, membres des comités de sélection des demandes de financements, représentants de la société civile, bénévoles, experts thématiques, représentants des réseaux régionaux multi-acteurs, partenaires et évaluateurs.

Un programme dense pour cette matinée qui a abordé de nombreuses thématiques : cycle de vie d’un microprojet, témoignages d’associations françaises, avis d’experts, retour sur l’évaluation du programme 2016-2018, présentation en avant-première du film sur les énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest et enfin une table ronde sur la fédération de partenaires autour des microprojets. Michel Tarran de la délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes a clôturé la matinée.

L’évolution de l’Agence des Micro Projets de 2013 à aujourd’hui

Pierre Salignon de la Division pour les Partenariats avec les Organisations de la Société Civile de l’AFD a ouvert cette journée. Il a souligné l’importance de fédérer les acteurs qui participent au développement des microprojets et l’enjeu d’impliquer la société civile dans la solidarité internationale. Il a également renouvelé le soutien de l’AFD envers l’ONG La Guilde et son programme l’Agence des Micro Projets.

 

Cécile Vilnet, coordinatrice de l’Agence des Micro Projet a ensuite annoncé le programme de cette matinée en remerciant les différents acteurs impliqués dans les microprojets, l’équipe, les partenaires, les bailleurs, les porteurs de projets et bien sûr les acteurs dans les pays bénéficiaires.

Elle a rappelé que l’AMP était soutenue depuis 2013 par l’AFD : par un triennal en 2013-2015 puis par un triennal en 2016-2018. L’année 2019 sera une année pilote pour différentes innovations du dispositif et préparer la nouvelle AMP de 2020.

L’importance de l’accompagnement

Raphaël Lurois, chargé de projet accompagnement et formations, a présenté une des premières parties du cycle de vie projet : l’accompagnement. Il a mis en avant des chiffres et des dates concernant les entretiens individuels, les réunions d’informations et les modules de formations organisés dans toute la France en lien avec les Réseaux Régionaux Multi-Acteurs (RRMA).

Il a ensuite fait témoigner M. Koffi Gnamba de l’association Mamere, M. Tobar Bolivar de l’association France Équateur. L’objectif était d’évoquer la manière dont l’accompagnement de l’AMP leur a permis de mieux concevoir et monter leurs microprojets.

 

Thibault Genestoux, consultant international innovation et partenariat du cabinet Efficoop,  a présenté également les différents modules de formation de l’AMP.
Il a évoqué son ressenti sur le travail des associations suivies depuis 2013 et la montée en puissance des acquis et compétences dans les projets présentés. Il a également évoqué les bénéfices sur le cycle de vie projet grâce à l’accompagnement personnalisé proposé aux associations par l’AMP.

 

L’accès aux financements

Servane Bourgeault, chargée de mission accès aux financements, a présenté les dotations de l’AMP, résumant les appels à projets, les dates clés, leurs spécificités et les chiffres des projets reçus, instruits et soutenus.

C’est l’instruction qui a été mise en avant avec le témoignage de Jean-Bernard Véron de la Fondation de France qui est un expert international du développement et de l’humanitaire. Il a souligné son engagement et la passion qu’il met dans la lecture attentive des microprojets ainsi que l’importance de soutenir ces petites initiatives. Selon lui, les microprojets sont mis en oeuvre rapidement, de manière efficace et répondent parfaitement à des besoins spécifiques dans des secteurs ou régions isolées. Enfin, Fabrice Bertin de l’ONG Plan International, a lui souligné son engagement dans les instructions par le coté concret des microprojets qui répondent parfaitement à une demande locale émise par les futurs bénéficiaires. Il a insisté sur le circuit court qui permet de mettre en place rapidement les microprojets.

 

Une nouvelle plateforme Internet pour 2019, le Portail Solidaire

Thierry Barbaut, responsable numérique et communication de l’Agence des Micro Projets, a rappelé que la dématérialisation des projets s’est opérée depuis 2014 et que c’étaient depuis près de 500 projets qui été déposés en ligne chaque année. Environ 80 d’entre eux seront financés, suivis et évalués grâce à la plateforme.

Il a également présenté une nouvelle plateforme en cours de déploiement : le Portail Solidaire qui permet de mettre en lien les associations de solidarité internationale avec des bailleurs de fonds. Ce site permettra d’accéder à plus de services, de financements, d’ergonomie et de partage d’informations pour l’ensemble des acteurs : bailleurs de fonds, porteurs de projets mais aussi le grand public qui sera sensibilisé aux thématiques de l’Aide au Développement.

Le Portail Solidaire sera lancé en janvier 2019 avec 5 bailleurs de fonds. Il permettra de personnaliser les appels à projets des bailleurs de fonds selon leurs critères thématiques et géographiques. Un accompagnement des porteurs de projets répondant à leurs appels à projets leur sera également proposé.

 

Capitaliser et partager à travers l’Observatoire de l’AMP

Clara Chépeau, chargée de mission Observatoire des microprojets, a présenté cette activité du dispositif qui bénéficie des outils numériques de l’AMP. En effet, les bilans et les évaluations des projets financés sont accessibles en ligne sur une cartographie. Tout comme le moteur de recherche de financements ou la médiathèque en ligne.

Clara Chépeau a fait témoigner Mme Oumoulkairy Ba, consultante externe qui venait de terminer l’étude sur les partenariats qui lient les associations françaises à leurs partenaires locaux dans la mise en oeuvre de microprojets. Mme Ba a insisté sur l’importance de l’intégration des thématiques du genre et d’une approche générationnelle dans les microprojets.

L’innovation et le changement d’échelle, témoignages :

Thierry Barbaut a ensuite proposé deux témoignages d’associations françaises :  association Grand Lieu Nokoué (M. Pierre-Marie Binet) qui porte le projet de Cyber Pirogue Solaire au Bénin et association Kassoumai (M. Jeannot Allouche) qui porte un projet de télémédecine au Sénégal. Les deux intervenants ont évoqué la manière dont l’innovation intégrée à leurs projets respectifs permet de sensibiliser les politiques publiques à la pertinence des microprojets et ainsi de changer d’échelle en impliquant les états.

 

L’évaluation du programme AMP,

L’évaluation finale externe du programme de l’AMP 2016-2018 a été réalisée par Michael Ruleta de MAR Consultants. Ce dernier a présenté la méthodologie utilisée, les points positifs du dispositif et les réflexions à approfondir pour les prochaines années. Une synthèse de cette évaluation est disponible sur ce lien.

 

La série de films « Acteurs du Développement »

Thierry Barbaut a présenté la série de films « Acteurs du Développement ».

En 2017 le premier film, « Togo, incubateurs d’initiatives solidaires » présentait 6 microprojets portés par l’AMP sur différentes thématiques. En 2018, le deuxième film a été consacré aux énergies renouvelables avec l’épisode « Les énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest, du nano au macro projet ». Dans ce film de 23 minutes,  6 projets sont présentés par les partenaires locaux des associations françaises et Bertand Piccard, fondateur de l’avion solaire Solar Impulse et parrain de l’appel à projet EnR de l’AMP, conclue par un message d’espoir. Ce deuxième film a été soutenu par le fonds Synergie Solaire et l’entreprise Finergreen.

 

Les partenariats autour des microprojets

Cécile Vilnet a ensuite animé une table ronde sur les partenariats avec 6 intervenants :

  • Victor Beulque, responsable technique du fonds Synergie Solaire.
  • Guillaume Aubourg, Directeur adjoint du pS-Eau programme Solidarité Eau.
  • Marion Perrin Flagbo, Chargée de mission GIP Yvelines Coopération Internationale et Développement.
  • Nicolas Laurent, Directeur Exécutif du PraOsim programme du Forim.
  • Ghislaine Tandonnet-Guiran de la Fondation Raja.
  • Benjamin Léger, Directeur adjoint Bourgogne Franche-Comté International.

Cette table ronde a mis en avant le fait que de nombreux partenaires gravitaient autour des microprojets, qu’ils se connaissaient déjà et travaillaient déjà ensemble (accompagnement technique des porteurs de projets, formations dans toute la France, participation aux comités de sélection des projets,…). D’autres pistes de réflexion telles que l’harmonisation des formulaires de demandes de financement, l’harmonisation des procédures d’instructions, la réalisation commune de missions de terrain ont été évoquées et seront à creuser.

 

Conclusions et perspectives

Michel Tarran de la délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats du Ministère des Affaires Étrangères et Européennes est intervenu afin de réaffirmer le soutien de l’État et des acteurs institutionnels au programme de l’AMP.  Il a insisté sur l’importance et la pertinence d’un dispositif tel que celui de l’AMP dans l’écosystème des acteurs du développement. La communication de l’AMP envers les Ambassades et la société civile est primordiale afin de mieux faire connaître ses actions.

C’est Olivier Allard, délégué Général de l’ONG La Guilde qui a clôturé la journée avec des remerciements pour l’implication sans faille des différents acteur. Il a donné rendez-vous l’année prochaine aux participants de la matinée pour présenter une AMP toujours plus consolidée et innovante.